Le point de vue des économistes sur la baisse du taux de change

Publié le 2020-09-09 | Le Nouvelliste

Plusieurs économistes s’interrogent sur la baisse de la valeur du dollar durant ces trois dernières semaines en Haïti. Ils ne trouvent pas encore la réponse en observant les indicateurs économiques. « La situation dépasse les fondamentaux économiques. C’est un vrai feu de paille. Les explications se trouvent ailleurs en dehors de l’équilibre économique et financier », a indiqué l’économiste Etzer Emile, dans la rubrique économique de Radio Vision 2000, du lundi 7 septembre 2020.

Dans un article publié dans les colonnes du journal, l’économiste Enomy Germain a abondé dans le même sens en ce qui a trait à la fugacité de la baisse du taux de change constatée puisqu’elle ne résulte d’aucun changement structurel au niveau des fondamentaux de l’économie. Pour lui, si les injections et les sanctions peuvent être avancées comme arguments pour justifier la tendance baissière du taux de change, elles ne peuvent pas permettre d’expliquer le rythme de la baisse. Énomy Germain a conclu ainsi : « Il faut donc des travaux académiques poussés pour expliquer ce phénomène, des enseignements pour le bon fonctionnement de l’économie en découleraient… »

« Le dollar a chuté de plus de 20% en moins d’un mois. L’injection des 150 millions de dollars devrait se faire en seulement… huit semaines. En moyenne, plus de 18,7 millions de dollars seront injectés sur le marché chaque semaine. Ce qui représente plus de 46% des besoins en dollars du marché, ce marché qui formellement mobilise autour de 40 millions de dollars par semaine en moyenne », a écrit Énomy Germain, précisant que c’est la première fois qu’une injection aussi importante de dollars se fait sur une période aussi courte dans l’économie haïtienne.

La chute du taux de change de la semaine dernière ne suffit pas à invalider les arguments structurels évoqués généralement pour expliquer la dépréciation de la gourde. Elle est en partie le résultat des interventions directes de la Banque de la République d’Haïti (BRH) sur le marché des changes, de l’appui budgétaire accordé au gouvernement qui a aussi fait preuve d’une certaine volonté de mieux contrôler ses dépenses. Les injections de la BRH ont calmé la tension sur le marché des changes avec une réduction de la rareté de dollars américains. L’appui budgétaire a permis de réduire le déficit budgétaire et le financement monétaire qui en découlait. Ce ne sont pas forcément les montants qui sont les plus importants mais plutôt les signaux », a écrit l’économiste Thomas Lalime.

La chute du dollar paraît surprenante dans un contexte où les principales sources de devises ne connaissent pas un essor.   « On ne sait pas ce qui se passe. Personne ne sait non plus combien de temps cela va durer », a affirmé l’économiste Fritz Alphonse Jean, ancien gouverneur de la Banque de la République sur les ondes de Radio Vision 2000, soulignant que la durée de cette situation va dépendre de la posture prise par la banque centrale. Jusqu’au vendredi 4 septembre écoulé, la BRH a déjà injecté 78 millions de dollars sur le marché, a- t-il fait savoir.  Pour l’économiste Fritz Alphonse Jean, il n’y a pas vraiment un flot de dollars sur le marché des changes, arguant qu’il y a quelques agents économiques qui choisissent de serer leur argent afin de suivre l’évolution du taux de change.   

Intervenant cette semaine sur les ondes de Radio Métropole, l’économiste Kesner Pharel a soutenu que la vraie valeur de la gourde actuellement n’est pas connue. Pour le patron du Group Croissance, c’est le marché qui va déterminer la vraie valeur de la gourde et non pas les interventions des autorités.  « La gourde va devoir se stabiliser de manière durable puisque les fluctuations incessantes, que ce soit à la baisse ou à la hausse, peuvent perturber l’économie nationale », a fait savoir l’économiste Kesner Pharel.

Pour sa part, l’économiste Eddy Labossière a déclaré dans plusieurs médias que la remontée de la gourde face au dollar américain s’explique par les sanctions appliquées contre deux banques du système et les mouvements de protestation organisés dans les parages des banques. Contrairement aux autres économistes, il dit connaitre la vraie valeur de la gourde. « Compte tenu des fondamentaux économiques, le vrai taux de change est d’environ 60 gourdes pour un dollar », a -t-il soutenu. Le professeur maintient ses déclarations selon lesquelles la dépréciation de la gourde résultait de la spéculation des banques commerciales.     

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".