Mourir et rester vivant

Publié le 2020-08-31 | Le Nouvelliste

L’inquiétude. La peur. La désolation. La dictature ravissait les cadavres et interdisait le deuil pour édifier sa paix des cimetières.

L’effarement. Les cris. Les pleurs. Les communiqués. Les condamnations. Les morts font du bruit depuis 1986. Même si la justice fait du surplace.

De Duvalier à aujourd’hui, nous sommes passés du décompte des victimes dans un silence obligé au temps de la dictature au bruyant décompte de l’inaction publique des autorités des régimes de la démocratisation après chaque assassinat. 

Du massacre de Fort Dimanche le 26 avril 1986, en passant par la mort le 13 octobre 1987 de maître Yves Volel sur la cour du quartier général de la Police, en passant par l’exécution de Jean Léopold Dominique le 3 avril 2000 sur la cour de sa station de radio jusqu’à l’assassinat de maître Monferrier Dorval le 28 août 2020 dans la cour de sa résidence, la même scénographie. La même impuissance. Les mêmes attentes. Les mêmes cris. 

À chaque nouvelle victime depuis 1986, les mêmes questions reviennent : la police va-t-elle retrouver les assassins ? La justice jugera-t-elle un jour le coupable et les complices.

Dans tous les cas, les plus célèbres comme les plus anonymes, ni la police ni la justice n’ont pu aller jusqu’au bout des affaires criminelles confiées à leurs limiers. Sauf s’il y a miracle. Coup de chance. Heureux accident. 

Dans le cas de maître Dorval, les mêmes inquiétudes reviennent. Que va faire la police ? Que va faire la justice ?

De l’indépendance à nos jours, la police et la justice haïtiennes, il faut le dire, n’ont rien fait pour établir des méthodes, constituer des bases de données, former des équipes pour réussir, de l’intervention d'urgence à la protection de la scène d’un crime, du constat à l’autopsie, de la balistique à la police scientifique, de la simple filature à l’enquête complexe, la conduite efficace des affaires qui leurs sont confiées.

Ni l’exigence de résultats ni la volonté de réussir ne sont des philosophies partagées au sein de la justice et de la police. Les moyens humains et matériels font défaut, mais pas seulement.

Il y a des miracles. Des coups de chance. D’heureux accidents. Pas plus.

Si justice est rarement rendue, cela ne signifie pas que toutes les morts sont classées sans suite. Certaines victimes phagocytent l’actualité. Changent la donne. Poussent à la faute. Restent au travers de la gorge de ceux qui espéraient bénéficier de leur disparition. 

Dans un pays où l’on meurt pour un rien et des fois pour rien, la pulsion de vie, l’envie de vivre et la vie tout court gagnent tous les combats en dépit de tout et de tous. 

Il y a des morts qui restent vivants. Deviennent les zombies de la justice. Les sentinelles de la démocratisation. Se transforment en symboles de notre envie de vivre dans un pays normal.

Il y a des morts qui ne meurent jamais en Haïti.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".