PNH/Opération

Six mois après, 9 des 15 nouveaux blindés de la PNH sont tombés en panne

Publié le 2020-08-25 | lenouvelliste.com

Le président de la République avait lui-même, dans la soirée, à l’aéroport international Toussaint Louverture, le 22 février dernier, réceptionné 15 véhicules blindés pour équiper la PNH. Six mois après, 9 d’entre eux sont tombés en panne. « Ils sont actuellement en réparation. Environ neuf d'entre les nouveaux véhicules blindés sont tombés en panne », a confié au Nouvelliste un haut cadre de la police nationale.

À la suite de la première opération de ces blindés à Village-de-Dieu, des voix s'étaient élevées pour questionner la fiabilité et l’efficacité de ces véhicules. Dans des photos publiées sur les réseaux sociaux, on les voyait pneus crevés, troués de balles, abandonnés sur la voie publique. « Chacun de ces blindés coûte 145 000 dollars amércains. Ce qui porte à 2 175 000 de dollars le total des 15 nouveaux blindés », a fait savoir au Nouvelliste le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), soulignant que 800 000 dollars additionnels ont été dépensés pour le transport des blindés.

Selon Pierre Espérance, neuf de ces nouveaux véhicules sont déjà tombés en panne six après mois leur achat. Ce que plusieurs sources policières et gouvernementales ont confirmé au Nouvelliste.

« Ces 15 blindés appartiennent à la Police nationale d'Haïti, mais ils sont sous le contrôle du service logistique du Palais national qui les mettent à la disposition des unités spécialisées », a révélé Pierre Espérance.

Le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains a indiqué que ce sont ces mêmes blindés qui ont été utilisés à deux reprises dans les massacres à Cité Soleil par des policiers et des bandits.

« A l’issue d’une réunion avec le haut commandement de la PNH, j’ai autorisé le décaissement de 15 millions de gourdes pour la réparation de 7 blindés, et l'entretien de 15 autres. La PNH disposera ainsi de 22 blindés opérationnels pour poursuivre la lutte contre l’insécurité », a écrit le Premier ministre Joseph Jouthe, également président du Conseil supérieur de la police nationale (CSPN), sur son compte Twitter.

« D 'autres décisions viendront pour renforcer les actions de la PNH qui oeuvre au rétablissement de la sécurité dans le pays Terminator 1 », a-t-il ajouté.

Le directeur général de la Police nationale d'Haïti, Rameau Normil, avait déjà sollicité du pouvoir central plus de moyens et d’équipements pour permettre aux policiers de faire face à la recrudescence de l’insécurité provoquée par des groupes armés qui pullulent à Port-au-Prince et dans les villes de province.



Réagir à cet article