« La relation avec Haïti est très importante pour la République dominicaine », selon le nouveau président Luis Abinader

Publié le 2020-08-17 | lenouvelliste.com

Luis Abinader a évoqué l’importance de la relation de son pays avec Haïti ce 16 août, lors de son discours d'investiture comme nouveau président de la République dominicaine. « La relation bilatérale avec Haïti est très importante pour la République dominicaine », a lancé le président Abinader, en présence, entre autres, du président haïtien, Jovenel Moïse, et du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, présents à sa cérémonie d’assermentation devant le Congrès dominicain. 

« Nous sommes conscients que le succès de cette relation dépend de la présence active, consistante et persévérante des deux États », a indiqué le chef de l’État dominicain. « Nous devons continuer à renforcer les instruments pour un bon voisinage, favoriser le développement intégral de la frontière et dessiner une politique de sécurité effective pour aider au bien-être des deux nations », a poursuivi Luis Abinader, sans rentrer dans les détails sur les contours de cette coopération entre les deux pays se partageant l’île, avec des situations politiques et socioéconomiques drastiquement différentes.

Concernant les enjeux binationaux, comme la formalisation de échanges commerciaux, la lutte contre la contrebande et le trafic illicite, la migration, la traite de personnes, les progrès, s’ils existent, se font au compte-gouttes. La commission binationale mixte créée par les deux États pour s’occuper de ces dossiers est restée l’ombre d’elle-même depuis plus de vingt-cinq ans. 

Entre-temps, le département d’État américain, sous Mike Pompeo, œuvre depuis un certain temps en faveur d’un rapprochement entre les secteurs privés et les autorités des deux pays afin de poser des actions communes par rapport à ces enjeux. Fin juillet 2020, les Chambres de commerce et les associations des secteurs privés haïtien et dominicain, avec les représentants du Département d’État des États-Unis et les ambassadeurs américains en Haïti et en République dominicaine, ont tenu la quatrième réunion sur la lutte contre la contrebande.

Cela a permis de faire le point sur plusieurs priorités comme celle d'« encourager les gouvernements des deux pays et leurs administrations douanières à mettre en application l’accord de 2017 sur les échanges d’informations en vue de contribuer à l’amélioration des recettes publiques et à l’élimination de la contrebande sur la frontière », selon une note de presse conjointe de plusieurs organisations du secteur privé des affaires, dont l’Adih, la CCIO, AmCham, Chambre franco-haïtienne de commerce et d’industrie.

L’importance de la création du Comité national de facilitation des échanges d’Haïti en vue d’ancrer dans la durabilité les échanges qui se font pour de meilleures relations commerciales entre les deux pays, est aussi au cœur des discussions ainsi que la nécessité de mettre sur pied un partenariat entre les secteurs privés haïtien et dominicain pour développer avec les institutions publiques concernées des deux pays un modèle de gestion et de contrôle des échanges à la frontière, selon cette note conjointe.

Le renforcement des efforts pour un dialogue public-privé en vue d’examiner les problèmes affectant le commerce en général dans les deux pays et d’identifier des solutions appropriées. Le renouvellement des accords de préférences commerciales entre Haïti et les États-Unis, a indiqué cette note, soulignant qu’à ce jour, la collaboration entre les différentes instances concernées des deux côtés de la frontière a été très productive et a bénéficié de l’accompagnement du Département d’État américain.

Le département d’État, en 2019 et encore récemment, a reçu la demande du Congrès américain afin de développer avec les gouvernements haïtien et dominicain une stratégie de renforcement et d’amélioration des mécanismes de gestion et de contrôle à la frontière, lit-on dans cette note. 

Roberson Alphonse



Réagir à cet article