Education nationale/Mouvement syndical

La syndicaliste Magalie Georges qualifie son transfert d’attaque à la démocratie et à la liberté syndicale

Publié le 2020-08-12 | lenouvelliste.com

Syndicaliste et enseignante de carrière, secrétaire générale de la Confédération nationale des éducatrices et éducateurs d'Haïti (CNEH), fer de lance dans la lutte pour le respect des droits des enseignants haïtiens… Magalie Georges, très critique par rapport à la gestion de la Covid-19 faite par le ministre de l’Education nationale, a été transférée de l’Ecole nationale de la République des Etats-Unis au bureau du district scolaire de Croix-des-Bouquets. Magalie Georges qualifie ce transfert d’attaque à la démocratie et à la liberté syndicale. Elle a déjà attaqué cette décision par-devant la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif. Pour le directeur général du ministère de l’Education nationale, Meniol Jeune, il s’agit d’un transfert régulier, pas d’une punition.

« Madame, la direction des ressources humaines a l’avantage de vous informer que, dès réception de la présente, vous êtes transférée de votre poste actuel, au même titre, au Bureau du district scolaire de la Croix-des-Bouquets de la direction département de l’Education de l’Ouest… », lit-on dans la lettre de transfert du ministère de l’Education nationale envoyée à la syndicaliste, Magalie Georges, directrice de l’Ecole nationale de la République des Etats-Unis.

« J’inscris cette démarche dans le cadre d’une attaque à la démocratie, à la liberté d’expression et à la liberté syndicale », a dénoncé Magalie Georges. « J’ai le droit de travailler et le droit d’être syndiquée », a-t-elle tancé.

Magalie Georges, reprenant le contenu de la lettre de transfert, a souligné qu’elle ne peut pas être transférée « au même titre » de l’Ecole nationale de la République des Etats-Unis dont elle était la directrice au Bureau du district scolaire de Croix-des-Bouquets qui n’est pas un établissement scolaire. « Je comprends le message du ministre Pierre Josué Agénor Cadet et il y aura une réponse appropriée », a-t-elle annoncé.

Cette réponse appropriée, Magalie Georges l’attend notamment de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif qui, selon ce qu’elle a fait savoir mercredi au Nouvelliste, a été saisie du dossier. La syndicaliste entend aller encore plus loin avec ce dossier. « Je vais aussi contacter l’International de l’éducation et l’Organisation internationale du travail », a-t-elle averti.

Magalie Georges a fait remarquer qu’elle fait très bien son travail de directrice de l’Ecole nationale de la République des Etats-Unis et que sa militance comme syndicaliste n’a aucune incidence sur son travail, a-t-elle dit.

Interrogé par Le Nouvelliste sur le bien-fondé du transfert de Magalie Georges, le directeur général du ministère de l’Education nationale, Meniol Jeune, a souligné d’entrée de jeu qu’un transfert n’est pas une punition, et que, par ailleurs, il n'y a rien de politique dans cette décision. « Pour une raison ou une autre, un fonctionnaire peut être transféré d’un service à un autre. Cela s’inscrit dans le cadre normal du fonctionnement de l’administration publique », a expliqué le numéro deux du ministère de l’Education nationale.

Le directeur général du MENFP a dit ne disposer d’aucun rapport négatif sur le travail de Magalie Georges  comme directrice d’une école nationale. Meniol Jeune a souligné que c’est la direction des ressources humaines du ministère qui décide des transferts, même si c’est lui qui a approuvé celui de Magalie Georges.



Réagir à cet article