Démissions en cascade, quel message ?

Publié le 2020-07-22 | lenouvelliste.com

On reproche souvent aux chefs haïtiens de ne pas savoir quand la table est desservie. Le concept de démission ne figure pas dans le dictionnaire de la politique haïtienne. La réalité semble évoluer. Depuis quelques jours, il est rare de passer une journée sans voir passer lire une lettre de démission provenant d'une autorité. Cela concerne surtout les maires qui refusent de jouer le rôle d’agents exécutifs intérimaires alors que d’autres sont prêts à mettre le pays à feu et à sang pour se faire nommer par le président de la République, Jovenel Moïse. Parmi les démissionnaires figurent aussi un conseiller du chef de l’Etat, un membre du cabinet ministériel et aujourd’hui le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince.

Que faut-il apprendre de ces démissions ? Ce qui est remarquable dans cette série de démissions, certains concernés prennent le temps de vider leur sac dans leur lettre de démission ou dans des émissions après leur acte. Les causes des démissions sont différentes les unes des autres. Il y a cependant un point commun entre tous les concernés : leur déception vis-à-vis de l’administration en place. Ces démissions arrivent à un moment où le pays fait face à d’énormes défis dans tous les domaines. L’administration Moïse/Jouthe peine à trouver la voie pour résoudre les problèmes auxquels la population fait face.

Dans ce contexte, il y a sans doute des personnalités qui refusent de continuer à percevoir leur salaire, jouir des privilèges de leur poste sans pouvoir produire des résultats. Il y en a d’autres, de bons tacticiens, qui s'échappent tout simplement du bateau pour se mettre en position d’intégrer une autre équipe à l’avenir. Dans notre histoire, il y a des gens qui ont la capacité d’intégrer quel que soit le régime, qu’il soit de droite ou de gauche, Lavalas ou PHTK. N’est-ce pas faire preuve d'un génie pur ?

Derrière les démissions de ces derniers jours se cachent les témoignages des autorités qui partent. L’ancien ministre des Sports et le commissaire du gouvernement démissionnaire de Port-au-Prince ne partent pas en silence. Ils expliquent leur déception. Disent-ils la vérité ? Dieu seul sait. Dans l’état actuel des choses, nous ne pouvons pas compter sur la justice pour connaitre la vérité. Dans un sens ou dans l'autre, ils nous montrent à quoi nos institutions sont réduites.

Les démissions en cascade des derniers jours sont le symptôme de quelque chose qui ne va pas dans la République. Le pouvoir en place ne peut plus préserver la cohésion en son sein. Cela peut être aussi le signe d’une nouvelle ère de la politique haïtienne. Nos autorités commencent à comprendre qu’elles doivent quitter la table quand elle est desservie.



Réagir à cet article