Le black-out et Jovenel Moïse

Publié le 2020-07-15 | Le Nouvelliste

La grande région métropolitaine de Port-au-Prince est passée en une année de 6-8 heures d'électricité par jour à 6-8 heures d'électricité par semaine. Et dire que c'est dans ce périmètre que le courant électrique est le plus disponible dans le pays...

Pourtant, s'il y a une demande que personne n'a formulée ni les yeux ouverts ni en rêve, c'est bien celle de disposer d'électricité vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, sur toute l'étendue du territoire national. 

Aucun candidat des élections passées n'avait jamais fait cette promesse non plus. Ni aucun ministre ou directeur général de l'EDH. 

Mais voilà, le black-out sévère des dernières semaines rappelle au souvenir de tous que sans demande ni études, le samedi 17 juin 2017, au cours d'une soirée de gala de la Haitian-American Chamber of Commerce of Florida (HACCOF) « Chambre de commerce haïtiano-américaine de la Floride », le président Jovenel Moïse, devant une salle remplie de sympathisants et de curieux, s'était lancé un défi : rendre disponible l'électricité vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, sur toute l'étendue du territoire national. 

Pour compliquer la situation de l'équation électrique, il avait ajouté une variable supplémentaire en annonçant que le miracle serait réalité en 24 mois. 

Dans la salle ce jour-là, les Haïtiens et Haïtiennes de Miami en extase ont acquiescé et applaudi, tandis que les conseillers les plus lucides du président Moïse se posaient entre eux la question : de quoi parle-t-il ?

Depuis, des semaines et des mois ont rejoint le néant. Plus personne ne parle du délai de vingt-quatre mois et jusqu'à cette date pas un mégawatt supplémentaire n'a été ajouté aux capacités de production d'électricité de la région métropolitaine. Tout au contraire. 

La centrale hydroélectrique de Péligre a perdu deux tiers de sa capacité après des réparations bâclées ou à cause de mauvais entretiens. 

Les centrales thermiques de Varreux ne peuvent produire à pleine capacité tout comme celles de Carrefour, des Gonaïves, du Cap-Haïtien et d'autres petites villes. 

Quand ce n'est pas le diesel qui manque, c'est le mazout qui est de mauvaise qualité. Quand ce ne sont pas des pannes qui réduisent la capacité des moteurs, c'est l'argent pour l'entretien qui fait défaut. 

Pour dresser le portrait complet du secteur, il faut dire que l'Électricité d'Haïti, qui détient le monopole nominal, peine à facturer plus de trente pour cent de sa production à ses clients qui se servent gratuitement du courant pour mieux se plaindre du black-out. Les entreprises privées qui accompagnaient l'État ont été chassées ou adoptent un profil bas, et le dernier directeur général de l'EDH ne peut pas encore prendre en main l'institution depuis sa nomination. 

C'est dans ce contexte que l'Etat haïtien, pour permettre au président de tenir un peu de sa promesse, va dépenser des millions de dollars empruntés à Taïwan pour installer une centrale solaire et une au gaz naturel. 190 mégawatts devraient surgir dans les prochains mois pour éclairer des millions d'Haïtiens. 

Personne ne parle pour l'instant de qui va opérer et entretenir les nouvelles installations. Ni comment la commercialisation va se faire et qui pourra payer la facture dans un pays de plus en plus pauvre chaque jour.  

L'important semble être d'avoir la lumière au bout des interrupteurs et de dire promesse tenue.

Pour la gestion, la rentabilité et le plan global, on verra. 

Ce ne sera pas la première fois que Taïwan financera des projets sans suite en Haïti ni que le pays se trompera sur l'essentiel en prenant l'ombre pour la proie. 

Produire de l'électricité est d'une simplicité enfantine. C'est la suite qui est une affaire sérieuse, répètent tous les experts. 

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".