Electricité :les 150 millions de dollars de Taïwan sont disponibles, sans passer par le Parlement

Publié le 2020-07-06 | lenouvelliste.com

Taiwan a fait le prêt des 150 millions de dollars à l’Etat haïtien à travers la BRH pour  financer des infrastructures électriques, a confié au journal le Premier ministre Joseph Jouthe, lundi 6 juillet 2020.

Sur la façon de faire, le chef du gouvernement a assuré « qu’il y a des précédents », sans faire l’économie de souligner que l’accord  de prêt de 150 millions, non ratifié, a traîné au Parlement pendant plus d’un an.

Entre-temps, dans le secteur de l’énergie, des projets prennent forme. « Je travaille sur plusieurs dossiers.  Il y a des appels d’offre en cours », a révélé Joseph Jouthe qui n’est pas entré dans les détails. Une centrale fonctionnant au gaz naturel est sur la table également, a expliqué Joseph Jouthe.

« Le gouvernement Taïwanais a fait le prêt à travers EximBank au ministère des finances, à travers la BRH. Le montant est disponible », a confié au journal le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois. C’est le même accord de prêt non ratifié au Parlement pour lequel d’autres modalités d’obtention ont été trouvées, a-t-il expliqué.

Le président Jovenel Moïse qui, au début de son quinquennat, a promis l’électricité 24/24 dans tout le pays, a dû composer avec une baisse de la distribution du courant électrique.

L’Etat a récupéré la centrale électrique de Varreux de la compagnie Sogener. La centrale, depuis, peine à fonctionner.« Si Varreux marchait bien, puisque ce n’est plus le cas aujourd’hui, ce sont ses gestionnaires qui font du vagabondage », a pesté le ministre des TPTC Nader Joiséus en interview avec le journal fin juin 2020.

« Ce ne sont ni le président ni le Premier ministre ou même le DG de l’EDH qui sont là pour donner les moyens, qui doivent faire fonctionner la centrale », avait soutenu le ministre des TPTC. « Il y a une sorte de vagabondage sauvage que personne ne peut m’expliquer », a dénoncé l’ingénieur Nader Joiséus, particulièrement remonté.

« Ils disent que des moteurs sont tombés en panne à cause d’un mazout de mauvaise qualité. Or, à Varreux, ils ont les moyens, comme à E-Power, de traiter ce mazout », avait indiqué le ministre, qui a évoqué des frustrations du personnel de Varreux.

L’Etat a aussi fourni 90 % des 100 millions de dollars du contrat de réparation de turbines de la centrale de Péligre et 9 millions d’euros à la Fitchnner, une firme de supervision. Deux des trois turbines sont tombées en panne. L’une après trois mois et l’autre après un an et demi, avait déploré le ministre des TPTC.



Réagir à cet article