Luis Abinader nouveau président élu en République dominicaine

La République dominicaine s'est réveillée le lundi 6 juillet 2020 avec un nouveau président fraîchement élu à l'issue de la présidentielle qui s'est tenue en territoire voisin dans la journée du dimanche 5 juillet 2020. L'homme d'affaires dominicain, d'origine levantine, crédité d'un peu plus de 50% des voix exprimées lors de ce srcutin, accède à la magistrature suprême de son pays et met fin à 16 ans de règne consécutif du Parti de libération dominicaine (PLD). Alors que les félicitations affluent un peu partout à travers le monde, le président Jovenel Moïse a annoncé avoir félicité de vive voix son homologue dominicain qui prendra officiellement ses fonctions le 16 août prochain.

Publié le 2020-07-06 | lenouvelliste.com

«Je viens d’avoir une conversation téléphonique avec M. Luis Abinader, Président élu de la République dominicaine. Je lui souhaite du succès dans ses nouvelles fonctions, tout en le rassurant de ma volonté de travailler au renforcement des liens d’amitié entre les deux pays», a tweeté le président de la République, Jovenel Moïse.

L'élection présidentielle en République dominicaine a donc été remportée par Luis Abinader, candidat du Parti révolutionnaire moderne (PRM), et son triomphe a été reconnu par tous ses opposants électoraux.

Le premier à le féliciter a été l'ancien président Leonel Fernández.

«Je tiens à préciser que bien que le Conseil électoral central (JCE) n'ait pas déclaré le vainqueur, les précisions indiquaient que notre victoire était irréversible», a déclaré Luis Abinader, dimanche très tard dans la soirée, depuis son Q.G. de campagne, devant des milliers de partisans.

«Nous avons surmonté la peur avec espoir et le doute avec détermination. Ce soir, nous avons sauvé l'avenir parce que nous occupions le poste le plus important dans une démocratie, celui d'aller voter», a poursuivi Abinader, reconnaissant le résultat électoral de ce dimanche 5 juillet 2020 comme étant celui d'un énorme effort collectif. 

À 11 heures lundi matin, avec 3 443 186 de votes comptabilisés, le candidat du PRM, Luis Abinader, atteint 52,52% des suffrages calculés, ce qui lui assure une victoire au premier tour électoral, selon ce qu'a fait savoir le 6e décompte préliminaire de la Junte électorale dominicaine.

En face, les résultats préliminaires placent le candidat du Parti dominicain de libération (PLD), Gonzalo Castillo, avec 37,69% des voix. La troisième place échoit à l'ancien président Leonel Fernández, candidat de Fuerza del Pueblo, avec 8,72%.

Dimanche soir, le ministre administratif de la présidence dominicaine, José Ramón Peralta, a écrit sur son compte Twitter que le président Medina s'est entretenu avec Abinader et l'a félicité pour sa victoire. «Le président Danilo Medina vient de s'entretenir avec Luis Abinader, président élu ce 5 juillet, pour le féliciter et lui offrir toute la collaboration nécessaire».

Le président Danilo Medina a effectivement affirmé par la suite sur son compte Twitter qu'en "cette journée électorale, le modèle démocratique de la République dominicaine est sorti renforcé", prédisant le plus grand succès à son adversaire politique qu'il a qualifié de "nouveau président élu". 

Dans la foulée, le candidat à la présidence du Parti de libération de la République dominicaine (PLD), le parti au pouvoir, Gonzalo Castillo, a reconnu sa défaite décrivant l'avantage actuel d'Abinader comme irréversible.

Un président nouveau sur la scène politique

Luis Rodolfo Abinader Corona, de son nom complet, 52 ans, n'a jamais occupé de poste dans l'État dominicain. D'homme d'affaires, il est devenu un homme politique et président des Dominicains dès le premier tour ce dimanche pour sa deuxième tentative, après son échec en 2016.

Son histoire en politique a commencé au sein du Parti révolutionnaire dominicain (PRD), créé le 9 septembre 2014, d'où il aspirait à devenir vice-président de la candidature présidentielle de Hipólito Mejía en 2012, mais qui a été défait à l'époque par l'actuel président, Danilo Medina. En 2016, la première fois qu'Abinader s'est porté candidat à la présidence , il a perdu avec 35,13% des voix. Danilo avait gagné avec 61,91% des sympathies de l'électorat.

Le 6 octobre 2019, lors des primaires simultanées du PRM, Abinader a battu l'ancien président, Hipólito Mejía, en obtenant 74,11% des voix contre 21,17% pour ce dernier qui aspirait également à représenter le parti à l'élection présidentielle. 

Économiste diplômé de l'Institut technologique de Saint-Domingue (Intec), Luis Abinader a complété des études de troisième cycle en gestion de projet à l'Institut Arthur D. Little à Cambridge, Massachusetts et a également étudié la finance d'entreprise et l'ingénierie financière à l'Université Harvard et la gestion avancée à Dartmouth.

Il est actuellement président exécutif du groupe ABICOR, qui a développé et exploité d'importants projets touristiques dans son pays, et est l'actuelle vice-président de la société Cementos Santo Domingo.

Né le 12 juillet 1967 à Santo Domingo, l'homme d'affaires dominicain est marié à Raquel Arbaje et est le père de trois filles.

Abinader entamera son mandat présidentiel le 16 août avec un défi qu'aucun président n'avait eu durant ses premiers mois au pouvoir: vaincre une pandémie qui a déjà causé au moins 800 morts en République dominicaine. D'ailleurs, lui-même a été testé positif au nouveau coronavirus le 10 juin dernier avant de se faire élire à la magistrature suprême dominicaine.


Après 14 ans de règne sans partage, le PLD perd le contrôle du Parlement

Alors que le PRM est en passe de s'imposer dans 19 provinces, le Parti de libération de la République dominicaine ne jouissait d'une avance confortable que dans six provinces au niveau sénatorial ce lundi matin, selon les résultats préliminaires, dont trois d'entre elles se trouvent dans la partie sud, extrêmement appauvrie et lointaine, de la République dominicaine.

Ces trois provinces en question sont Elías Piña, Independencia, Pedernales, toutes les trois frontalières avec Haïti, et se démarquent toujours de par leur situation de pauvreté.

Les deux autres provinces remportées par le parti pourpre sont Barahona et San Juan, fief du sénateur imbattable Félix Bautista. La sixième province où le PLD s'en sort victorieuse est San Pedro de Macorís.

La domination politique presque absolue du PLD a débuté à partir des élections de 2006, pendant la deuxième présidence de Leonel Fernández, quand 22 sénateurs et 96 députés ont été élus sous la bannière du parti pourpre, plus du triple et le double, respectivement, de ce que les partis d'opposition ont réalisé cette année-là.

Pour la prochaine période de quatre ans, ces chiffres sont passés à 31 des 32 sièges de la Chambre haute, accompagnés d'un total de 105 députés, permettant ainsi au PLD de contrôler 63% des sièges au Congrès dominicain. Du jamais vu dans l'histoire politique du pays voisin.

Pour les élections de 2016, le PLD a de nouveau triomphé aux urnes. Il l'a fait avec Danilo Medina comme candidat à la présidentielle, avec un pourcentage historique de 61% des voix, et obtenant 28 sénateurs parmi les 32 sièges disponibles.

Les pourpres vont perdre le contrôle de la Chambre des députés lorsque leur parti s'est divisé et le parti Fuerza del pueblo a été créé par l'ancien président, et membre fondateur du PLD, Leonel Fernández.

Cette division politique a également conduit le PLD à perdre les élections municipales de mars dernier.

Le PLD a donc gagné 67 mairies tandis que lors des élections de 2016, il en avait remporté 107. Et son principal concurrent, le PRM, a remporté 80 postes municipaux, alors qu'il n'en avait gagné que 3, quatre ans plus tôt.

Patrick Saint-Pré, avec Listin Diario



Réagir à cet article