La société haïtienne et le “Black lives matter”

2

Publié le 2020-06-26 | Le Nouvelliste

Le monde entier a ressenti l’émoi provoqué par l’assassinat de George Floyd. Si, même au pays « dit » de rêve qu’est l’Amérique, la vie du Noir peut virer au cauchemar, qu’en est-il ailleurs ? Qu’en est-il en Haïti, pays « dit » le plus pauvre de l’hémisphère occidental ?

En Haïti, l’écrasante majorité de la population a la peau noire. Mais le déni de négritude est activement pratiqué par les classes dominantes. Et le rejet identitaire négroïde est vécu dans une complicité aliénante par les citadins à la peau claire autant que par ceux-là à la peau noire.

La société haïtienne est en lambeaux. Le tissu social s’est transformé en un tissu de mensonges. La société haïtienne est dominée, au départ, par les affranchis, à prédominance métisse. Et les masses, de fils d’esclaves exclusivement noirs. Les deux se mélangent le long de notre histoire, comme l’eau et l’huile. Une relation houleuse, teintée de méfiance et de mépris.

En Haïti, nous ne pouvons pas parler de racisme, plutôt de colorisme qui reprend les éléments idéologiques de la discrimination raciale. Ainsi, la peau claire et la culture européenne sont érigées en idéaux. 

La culture africaine a toujours été sous-jacente, invisible, en surface. On assiste à des sursauts revendicatifs de la résistance paysanne, tantôt active, la plupart du temps passive. Nous devons les remercier d’avoir su préserver l’héritage africain, le vodou, le folklore, les rythmes, les contes, les proverbes, le créole. Ce sont des consignataires de la partie afro de l’âme haïtienne.

Les classes politiques et économiques auront choisi la langue française et la religion catholique jusqu’en 1986. Le vodou, pratiqué par la majorité, sera banni et persécuté. La langue maternelle ne sera acceptée sur les ondes de radio que durant les années 1960 et ne deviendra langue officielle qu’en 1987.

Cette évacuation de la paysannerie, en dehors de la vie nationale, se concrétisera dès 1820 par le Code rural de Boyer. Il les confinera dans l’inculture, dans les campagnes, sans éducation, sans soins de santé et services de base. Ce carton rouge social dure jusqu’à nos jours, et il concerne le double statut de pauvre et de Noir. L’auteur haïtien Gerard Barthélemy n’hésitera pas à comparer le contraignant Code rural au Code noir de Colbert. La coercition s’imposera, depuis lors, comme modèle de dialogue choisi par l’État et les élites avec les masses. Elle prendra différentes formes, la répression, les coups d’État, les lois matraques.

Le président Boyer était certes un mulâtre bourré de préjugés, mais soutenu par la minorité noire de l’oligarchie. L’alliance sanguinaire et antinationale entre oligarques, l’armée et l’État haïtien contre les masses noires remonte donc aux balbutiements de la première république noire. C’est le paradoxe haïtien.

D’ailleurs, quelle que soit la couleur de peau des dirigeants au pouvoir, la situation des masses n’a jamais changé, depuis l’indépendance, que ce soit sous Duvalier qui se réclamait de l’idéologie noiriste ou Aristide qui se voulait le prêtre des pauvres. Il y a eu des améliorations.

Et quel que soit le gouvernement renversé par les classes possédantes, jamais il s’en est suivi des velléités de réformes pour redéfinir les conditions abjectes de vie des masses, en 200 ans d’hégémonie.

Le pouvoir aura toujours été l’enjeu véritable, pour consolider leur monopole et leur mainmise sur l’appareil étatique. La « question de couleur » est un « coup de leurre », pour diviser et régner. Le mulâtre des classes moyennes ne gagnera que de maigres privilèges que lui procure encore le système de préjugés de couleur. Quant au Noir complexé, il se forgera une vague illusion de supériorité.

BLACK LIVES MATTER, DITES-VOUS ?

L’État haïtien ne compte pas les Haïtiens à leur naissance. « Environ 3 millions n’ont pas d’acte de naissance », titre Le Nouvelliste, le 18 juin 2020, sous la plume de Robenson Geffrard.

L’État haïtien ne compte pas les nourrir, non plus. Bon an mal an, ce sont 2 millions d’Haïtiens qui sont en situation d’insécurité alimentaire. Cette année exceptionnelle de pandémie, ce sont 4,1 millions qui risquent de ne pas manger à leur faim (Le Nouvelliste, 22 mai 2020).

Aujourd’hui le monde change. Le climat est revendicatif. Ça passe ou ça casse ! Le Moyen Age, c’est loin. La dichotomie installée, depuis l’époque esclavagiste et coloniale, de la domination des Noirs par les Blancs n’est plus d’actualité. Il y a une espèce de décalage de la discrimination systématique ou institutionnalisée, en Haïti et dans le monde. Nous sommes arrivés à la date d’expiration.

 Aly Acacia

Aly Acacia
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".