Le déclin d’une femme

Publié le 2020-06-24 | Le Nouvelliste

Il y a quelques années, plus de quinze, si la mémoire ne me fait pas défaut, nous avons assisté, un petit groupe de psychiatres, une femme, Christine, qui arriva à la consultation sur demande de son médecin de famille qui, dans le bref rapport, signalait que la dame était très désespérée. De 56 ans d´âge, la patiente présentait, durant l´exploration psychopathologique une symptomatologie, fleurie caractérisée par les manifestations cliniques suivantes : tristesse, absence d'estime de soi, angoisse, anxiété, insomnie précoce, aboulie et anhédonie.

De haute classe moyenne, elle était mariée et s’était dédiée à sa profession d’avocate qu’elle abandonna après la naissance de son premier enfant, son mari étant un homme d’affaires qui avait réussi dans une entreprise privée. Ils avaient deux fils, le premier en quatrième année de médecine et le plus jeune étudiant en sciences commerciales. Ils formaient une famille heureuse et la vie de la patiente se déroulait sans sursauts jusqu’à ce qu’elle perdit, il y avait environ deux mois et demi, une sœur, de quatre ans son aînée victime d’un cancer de sein fulgurant qui la conduisit à la mort. Les deux jouissaient d´une excellente relation et l’humeur de la dame commença à décliner à la suite de ce malheureux évènement. Il lui fallut des semaines pour l’avouer à son médecin de famille qui, ipso facto, estima opportun de transmettre le cas.

Sans antécédents psychiatriques personnels, ni familiaux, diagnostiquée d’un trouble adaptatif, les entretiens étaient fréquents et il fut nécessaire de prescrire un traitement pharmacologique accompagné d'une psychothérapie de soutien. La patiente, une femme élégante, assistait ponctuellement aux rendez- vous, impeccablement vêtue, mais durant les trois premiers mois avec un visage roussi. Elle venait toujours accompagnée de son mari, un homme éduqué, attentif, qui, un jour, profita d'un besoin physiologique de sa femme pour se faufiler dans le bureau et nous exprimer son inquiétude quant à l'état de santé de celle-ci et son profond désir de voir s’améliorer la condition de son épouse. Nous essayâmes de le rassurer et de lui donner l’espoir nécessaire en lui  soulignant l’importance d'un bon encadrement familial, ce qu’elle avait, et que ces facteurs contribueraient, sans nul doute à sa récupération. Il sortit visiblement satisfait de notre explication.

Les progrès étaient un peu lents et après cinq mois, nous commençâmes à espacer les visites de révision à des intervalles de trois semaines. L’évolution était favorable, croissante et Christine, de nouveau, souriait. Au huitième mois de traitement, nous décidâmes de réduire progressivement la médication et le mois suivant la remettre à son médecin généraliste. La décharge psychiatrique coïncida avec la psychologique. Son mari et ses enfants nous remercièrent chaleureusement et nous étions pleinement satisfaits et fiers de notre dévouement et du résultat obtenu. Nous avions une femme qui était au fond d’un puits, mais qui avait retrouvé ses forces, avec ses espoirs, ses désirs, et ses illusions, alliés à l’envie de pouvoir entretenir des relations sexuelles satisfaisantes avec son mari: une vie calme, agréable, loin des soucis, de l’agitation et de l´insomnie subis durant des mois.

Trois ans plus tard, nous apprenions accidentellement que Christine venait juste de mettre fin à son existence, apparemment par une consommation massive de médicaments. La tristesse qui nous envahit était énorme, car elle avait fait partie de notre vie durant neuf mois. Malgré le temps écoulé entre l’exeat et sa fin tragique, nous nous sentîmes très déprimés, très affectés. C´était une désolation et quelques-uns d´entre nous versèrent des larmes. Et nous nous demandions avec une naïveté choquante, oubliant momentanément d´être des professionnels de la santé mentale, pourquoi certaines personnes se suicident-elles. Que s’est-il passé durant cet intervalle de temps pour que notre patiente puisse protagoniser un fait de cette ampleur ? C’est une question d´une complexité énorme et qui nous fait réfléchir sur la fragilité de l’esprit humain. Les gens s’ôtent la vie pour différentes raisons et combien il est frustrant et regrettable de constater que dans la plupart des cas, il est impossible de prévoir la tentative, encore moins la consommation de l’acte, car les indices ne sont pas clairs, sont étonnamment flous et même apparemment inexistants.

En terminant, je dirai que l’histoire relatée avec cette triste fin est réelle, mais le nom de la femme, sa profession et celle de son mari sont complètement fictifs, tout comme l´orientation universitaire de ses fils.

Article traduit de l’espagnol et publié par le journal digital” El Correo de Andalucía”dans son édition du 31 Mai 2020.

Par le docteur Alix Coicou (médecin-psychiatre)        

Séville (Espagne), 7 Juin 2020.

Par le docteur Alix Coicou (médecin-Psychiatre) Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".