Démolition de Shada 2 au Cap-Haïtien, bastion du gang « Ajivit »

Publié le 2020-06-17 | lenouvelliste.com

Les autorités municipales du Cap-Haïtien ont entamé, le lundi 15 juin 2020, une vaste opération de démolition de maisons à Shada 2, en représailles aux violences enregistrées, la semaine dernière, lors d'affrontements ayant opposé des riverains de Shada 2 à ceux de « Nan Bannann » provoquant la mort de 6 personnes, dont le policier Joseph Larousse.

Selon l’un des maires adjoints, Yvrose Pierre, l’objectif de cette opération est de dégager un passage dans ce dédale de corridors qui constitue ce bidonville situé à l’est de l’entrée de la ville du Cap.
Selon des sources crédibles, les responsables se sont entendus sur la démolition totale du quartier où est basé le redoutable gang « Ajivit » qui serait notamment responsable de l’assassinat du policier Larousse, mercredi dernier.

Plusieurs secteurs politiques ont indexé le représentant de l’exécutif dans le Nord, Pierrot Augustin Dégault, qui aurait armé le gang « Ajivit » responsable de plusieurs exactions dans la cité capoise, une thèse reprise par le maire-adjoint Eusaï Lefranc qui accuse formellement le délégué départemental du Nord dans la recrudescence des atrocités commises dans la zone.

Selon Lefranc, non seulement Pierrot Augustin leur fournit des armes, mais aussi il leur distribue des cartes d’identification de la délégation du Nord et ces malfrats sont les principaux bénéficiaires de l’aide alimentaire envoyée par le gouvernement dans le cadre de la Covid-19.

Le week-end dernier, le délégué départemental Pierrot Augustin Dégault a fait le tour des médias afin de se défendre de ces accusations. M. Dégault s’est présenté comme un innocent et un non-violent, « victime », d'après lui, de la méchanceté et de la médisance de certains « cadavres politiques - sans bilan » visant à salir son image.

Lundi, dans la matinée, Shada 2 s'apparentait à une cité abandonnée avec des ruines de maisons ou encore des maisons calcinées. Lors du début des opérations de démolition, des riverains ont déploré la façon « britsoukou » des autorités qui ne les ont pas avertis.

Rappelons qu’au lendemain de la mort du policier Joseph Larousse, des bandes armées de « Nan Bannann » avaient envahi Shada 2 en pillant et en incendiant plusieurs maisons.
Dès vendredi matin, des familles ont vite quitté les lieux considérés par beaucoup comme un endroit maudit.

La police a interpellé une trentaine de personnes liées au gang Ajivit .

Gérard Maxineau
Auteur


Réagir à cet article