Jusqu’au bout...   

Les concerts d’armes automatiques, l’incendie de logis, l’abandon de corps criblés de balles dans la rue ou sur un petit lit de pierres et d’immondices sont le lot de certains habitants de quartiers du littoral de Port-au-Prince.

Roberson Alphonse
Par Roberson Alphonse
28 mai 2020 | Lecture : 4 min.

Les concerts d’armes automatiques, l’incendie de logis, l’abandon de corps criblés de balles dans la rue ou sur un petit lit de pierres et d’immondices sont le lot de certains habitants de quartiers du littoral de Port-au-Prince. Au nord comme au sud.

Les scènes d’une insoutenable cruauté, presque semblables à celles observées dans des pays où des assassins sans foi ni loi ont frappé, n’émeuvent presque plus. 

Le bain de sang perpétré au Pont-Rouge dimanche 24 mai 2020 a été

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.