Covid-19 : les gens affluent au centre de dépistage de GHESKIO

Le Dr William Pape, co-président de la commission multisectorielle de gestion de la pandémie de la Covid-19, a indiqué que le centre IMIS GHESKIO de dépistage de la Covid-19 est dépassé par les évènements. Cette situation a pour notamment des conséquences sur la délivrance dans un délai de moins de 48 heures, des résultats des tests comme cela se faisait au départ. Alors que les cas augmentent, le ministère de la Santé publique et de la Population persiste et signe en autorisant que deux institutions à réaliser les tests de confirmation pour la Covid. 

Publié le 2020-05-25 | Le Nouvelliste

L’épidémie du coronavirus progresse vers son pic en Haïti. Les cas suspects et les cas positifs abondent dans les hôpitaux. Les gens, beaucoup plus consciencieux, sont plus enclins à se faire tester. Si les cas vont exponentiellement en augmentant, la stratégie du ministère de la Santé publique et de la Population reste la même. Il n’y a que deux institutions qui sont autorisées à réaliser les tests de confirmation de la covid-19 : le Laboratoire national de santé publique (LNSP) et les centres GHESKIO. Au-delà du nombre limité de tests effectués qui sont en-dessous de ce qui se fait dans la région, l’une des institutions s’est vue dépassé par les évènements.

« Deux phénomènes expliquent pourquoi on a été dépassé par les événements au centre IMIS GHESKIO de dépistage de la Covid-19. Premièrement un individu a indiqué sur les réseaux sociaux que IMIS faisait les tests pour toute personne qui se présente ! Les gens sont arrivés en masse et étaient très exigeants pour se faire tester. Ce test est gratuitement mais coûteux à l’Etat haïtien. En second lieu, l’explosion de la transmission communautaire à la mi-mai a amené un débordement du circuit Covid-19», a expliqué le Dr Pape en entretien exclusif avec Le Nouvelliste le lundi 25 mai.

Le Dr Pape souligne que la procédure pour donner les résultats n’est pas la moins facile. Pour 10 à 20 patients ce n’est pas compliqué. Mais quand on a affaire à 500 patients ne c’est plus la même chose. « Après le prélèvement, on doit étiqueter le spécimen, faire passer un questionnaire, faire un contrôle de qualité pour s’assurer du vrai nom et contact du patient et s’assurer que le spécimen en question est bien celui du patient. Il faut ensuite scanner le questionnaire pour la DELR (Direction de l'Epidémiologie, des Laboratoires et de Recherches) et le mettre online, un autre processus qui prend du temps », a expliqué le directeur des Centres GHESKIO, et d’ajouter:

« Après les résultats et le contrôle de qualité on doit appeler tous les patients. Quand il y avait 10 ou 20 c’était faisable mais quand c’est supérieur à 100, ça prend du temps car on doit s’assurer que c’est bien le patient et on doit lui indiquer quoi faire, ce qui prend aussi du temps. Souvent on doit rappeler plusieurs fois avant de trouver l’intéressé. Ensuite il faut remettre les résultats en dur au patient car il en a besoin pour son employeur. »

Pour aller un peu plus vite, le Dr Pape précise qu’il a changé les procédures. Il a mis en place un centre d’appel avec un mot de passe reçu le jour du prélèvement pour valider l’identité du patient. « Cette épidémie a toujours une grande longueur d’avance sur nous et on doit développer constamment de nouvelles stratégies », a-t-il déclaré.

Pour changer de stratégie, le directeur de Laboratoire national de santé publique, le Dr Jacques Boncy, a indiqué qu’il faut des moyens financiers. « Le ministère a un plan pour augmenter les sites de prélèvement et les sites de testing, mais ça demande des investissements », a déclaré le médecin, joint par le journal le lundi 25 mai.

Même si l’épidémie s’achemine vers son pic, le Dr Boncy croit qu’il faut toujours continuer à conduire le dépistage de la manière qui a été prévue au départ, c’est-à-dire rechercher les cas qui sont symptomatiques puis rechercher leurs contacts de manière à ralentir le processus de transmission. En moyenne, le Laboratoire national effectue plus de 200 tests par jour. Le délai des résultats dépend du volume de patients. Le Dr Jacques Boncy explique que les tests ne sont pas réalisés dans le cadre d’un diagnostic mais plutôt dans le cadre d’une investigation épidémiologique. « Les équipes d’investigations doivent se rendre chez chaque patient. Entre 10 à 135 personnes à investiguer dans une journée ce n’est pas la même chose », souligne-t-il.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".