L’Artibonite, des milliers d’hectares de terre abandonnés

L’eau ne coule presque plus dans certains canaux d’irrigation de la vallée de l’Artibonite. C’est la dure réalité de la zone chaque année à pareille époque. Ce qui est différent pour le moment, c’est que les canaux, à certains niveaux, sont complètement obstrués, remplis d’alluvions, de remblais. Aucune intervention sérieuse, dit-on, n’y a été effectuée depuis tantôt deux ans. Conséquence : si l’on en croit le président du Réseau des associations pour l’intégration des planteurs du bas Artibonite (RAPBA), André Saint-Louis, c’est plus de 10 000 hectares de terre de cette zone qui ne sont pas mis en valeur.

Publié le 2020-05-14 | Le Nouvelliste

La période sèche laisse des milliers de producteurs de riz de l’Artibonite sur le banc de touche. Dans certains endroits, on ne voit couler dans les canaux qu’un mince filet d’eau. Très loin de la quantité nécessaire pour irriguer toutes les parcelles. Avec la présence des bandits un peu partout dans la vallée, cette année, la situation paraît plus difficile. Toutefois ce n’est nullement la seule cause de la rareté de l’eau dans les canaux. C’était prévisible, de l’avis de certains planteurs, dans la mesure où les canaux d’irrigation n’ont pas été curés.

Cette situation dure depuis deux ans. Les planteurs ont tout perdu au cours de la dernière campagne. Les écluses dites bassins de distribution sont vides. Il est impossible, même avec des pompes, d’alimenter les parcelles. Pourtant dans les conditions normales, toutes les parcelles devraient être déjà emblavées. Avec la menace d'une grave crise alimentaire causée par la Covid-19, André Saint-Louis ne comprend pas pourquoi aucune intervention n'a lieu pour favoriser la production dans la vallée de l’Artibonite. Le plus inquiétant, fait-il savoir, est qu’aucun signe ne montre qu’il y aura des interventions mécaniques dans les prochains jours.

 « Tout semble indiquer que près de la moitié de la vallée ne sera pas emblavée au cours de cette campagne », s’indigne M. Saint-Louis, avant d’ajouter qu’environ 10 000 hectares de terre sont déjà abandonnés pour des raisons diverses, avec la rareté de l’eau en tête de liste.  C’est un choix délibéré de l’État de ne pas appuyer la production agricole, poursuit-il. Ce faisant, comprend-il, l’on continue de renforcer l’importation. Dans un tel cas de figure, l’on n’échappera pas à une urgence alimentaire dans les quatre prochains mois à cause de la crise sanitaire et économique provoquée par la pandémie du coronavirus. Les manifestations des producteurs de Marchand-Dessalines et de Petite-Rivière de l’Artibonite, le 1er mai dernier, à l’occasion de la fête de l’Agriculture et du Travail n’ont donc pas obtenu les résultats escomptés, soutient-il.

C’est frustrant, déclare le cultivateur. Dans une grande proportion, les producteurs de cette région sont décapitalisés. Les facteurs de production deviennent de plus en plus corsés et les bandits compliquent encore davantage la situation. À ce niveau, déplore le responsable, les cultivateurs sont abandonnés. Dans certains endroits, leurs récoltes sont emportées. Dépouillés de tout, ils sont même obligés d’abandonner leurs maisons, même leurs lopins de terre.   

Vu les circonstances actuelles, André Saint-Louis qualifie de guerriers ceux qui n’abandonnent pas leurs terres. C’est pourquoi il invite les autorités gouvernementales à monter rapidement un programme prenant en compte tous les facteurs de la production. L'agriculteur parle du crédit pour les producteurs, des machines agricoles pour la préparation des sols, de la subvention des intrants agricoles et le curage des canaux.

Pour la disponibilité de l’eau, le responsable croit qu’il est indispensable d’avoir un dialogue franc avec les autorités de Péligre. « 70 mètres cubes d’eau à la seconde constituent le débit idéal pour irriguer la vallée », précise-t-il. Durant les saisons sèches, comme c’est le cas pour le moment, poursuit le président de RAPBA l’on ne libère que 20 mètres cubes, tandis que durant les saisons pluvieuses plus de 300 mètres cubes. Un déséquilibre qui alterne sécheresses et inondations dans la vallée.  Seule la construction d’un nouveau barrage sur le fleuve, souligne André Saint-Louis, peut soulager la population dans les saisons pluvieuses. Pour le moment, le curage pourra atténuer les impacts des inondations. Ce que le ministre de l’Agriculture, Pierre Patrix Sévère, promet de faire sans délai.

 « Le plan que nous sommes en train d’appliquer prend en compte l’appui au labourage, la disponibilité et l’accès aux intrants à tous les agriculteurs et la disponibilité de l’eau dans les parcelles », affirme-t-il. Avec un financement de la Banque interaméricaine de développement (BID), le ministère, soutient le ministre, est en mesure d’intervenir et va intervenir pour colmater des brèches afin d’éviter des fuites dans le système et de permettre qu’une quantité d’eau arrive dans les parcelles le plus longtemps possible. Il est question également d’appuyer les producteurs à d’autres niveaux de la chaîne de production dans l’optique d’éviter une catastrophe alimentaire dans le pays.

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".