Les petites phrases prennent toute la place au temps de la Covid-19

Publié le 2020-05-12 | Le Nouvelliste

Oui, Covid-19 est féminin. C’est l’Académie française qui a tranché. Covid est l’acronyme de maladie du coronavirus. 19 est l’année de son apparition. Il faut dire que tous les symptômes pour établir le diagnostic étaient déjà féminins : la toux, la fièvre, la douleur musculaire, les difficultés respiratoires, la perte de goût, la perte de l’odorat et compagnie. 

Ce n’est pas le sexe de la Covid-19 qui retient l’attention ni même les premiers jours avec port du masque obligatoire dans les lieux publics en Haïti. Ce ne sont non plus les cas positifs ni les statistiques des décès en hauss. Aucune de ces nouvelles n’accroche.

Ce que tout le monde se partage sur WhatsApp, ce sont des extraits de déclarations du premier ministre Joseph Jouthe dans lesquelles il exprime crument ses états d’âme et ses opinions. Le PM s’y met en scène en utilisant des propos imagés qu’on se refuse de croire qu’il a mis en application ou même qu’il souhaite le faire.

En quelques saillies, le premier ministre se met à dos ses collègues du gouvernement, les opposants politiques, une flopée de fonctionnaires, l’État haïtien et le reste du monde.

Visiblement, le chef du gouvernement a été enregistré à l’insu de son plein gré. Cela n’enlève rien à la gravité de ses paroles. Bien au contraire.

Il lui reste à faire amende honorable ou à espérer que de nouveaux esclandres effaceront les siens.

Cela dit, chaque semaine, d’une façon ou d’une autre, une actualité prend toute la place et empêche le pays de parler de son avenir immédiat ni même d’y penser. La progression de la maladie est occultée. Le pays ne rêve pas non plus de son avenir dans les demains d’après la crise sanitaire.

On ne parle ni de prévention ni de traitement de la Covid-19. On ne se plaint même pas que la campagne de communication s’éparpille dans mille directions avec autant d’initiatives et peu de voix crédibles et écoutées.

On ne parle pas des promesses non tenues ou pas encore tenues pour soutenir les plus pauvres et protéger les acteurs économiques.

Même les annonces de millions par centaines des bailleurs de fonds ne nous font aucun effet. Le pays est comme anesthésié face au malheur. 

Le déni nous protège, les petites phrases nous amusent.

Un 12 mai comme aujourd’hui disparaissait Maurice Sixto, il y a 36 ans. Définitivement, les petites phrases ont un pouvoir et toutes les lodyans de Sixto le prouvent.

Covid-19 ou pas, ne restent de nos politiques que leurs petites phrases. Ils ont intérêt à les soigner avant de les jeter en pâture à la postérité.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".