Deeb, Desroches, les prix du riz et notre production

Publié le 2020-04-22 | Le Nouvelliste

Le Nouvelliste continue de parler de riz, ce mercredi. Le débat tombe à pic. C’est l’un des produits les plus consommés en Haïti, un article décortique le marché du riz en une et le débat entre importateur et membre de la société civile se poursuit.

Dans l’édition du mardi 21 avril, l’homme d’affaires Eddy Deeb avait répondu aux propos du professeur Rosny Desroches sur la différence de prix du riz entre Haïti et la Jamaïque. Desroches revient ce mercredi avec une déclaration qui ne répond pas aux réfutations de Deeb mais pousse le débat vers d’autres rives. Nous lui donnons acte.

« J’ai pris connaissance de la réaction de M. Deeb. Je me réjouis que les importateurs réagissent. Car des questions aussi importantes que le coût de la vie, le prix du panier de la ménagère doivent faire l’objet d’un débat public. 

Si mon article peut provoquer un tel débat j’en suis très heureux. Les données que j’ai citées concernant les prix des produits alimentaires viennent d’une base internationale de données (Numbeo) que m’a communiqué la Banque mondiale. 

Il y a un sérieux problème dans la façon dont le commerce et l’économie sont conduites en Haïti. Le coût de la vie en République dominicaine est plus bas qu’en Haïti de 37.22 %, alors que le produit per capita du Dominicain est 10 fois supérieur au nôtre. Quelque chose ne va pas chez nous, il faut que cela change. 

Si M. Deeb veut jouer le jeu de la transparence, je m’en réjouis. Il peut utiliser les colonnes du Nouvelliste pour le faire. On pourra toujours vérifier. 

Je trouve regrettable qu’il traite ma démarche de démagogie intellectuelle. Ce n’est pas par des attaques personnelles que nous allons changer et développer notre pays mais dans le respect mutuel, un dialogue serein des arguments rationnels et des données précises ».

Entre-temps, d’autres importateurs de riz qui veulent rester dans l’anonymat, tout en étant des concurrents de Deeb, confirment ses propos sur les structures de prix et les raisons des différences entre Haïti et la Jamaïque.

« Il s’agit de deux marchés différents, de deux monnaies différentes, de deux qualités différentes de riz », insiste l’un d’eux.

Un autre homme d’affaires du cercle restreint des importateurs de riz a été plus loin : « Desroches n’a pas les preuves de ce qu’il avance. Il ne suffit pas de prendre un micro et d’attaquer un secteur où les marges sont très faibles. »

Il a conclu en disant : « Aujourd’hui, les importateurs ne sont pas l’ennemi. Il nous faut tous nous mettre ensemble pour combattre le coronavirus et non créer la division. » 

Pendant que ce débat s’anime, Le Nouvelliste publie en une ce mercredi le résumé d’un rapport réalisé par le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA, en anglais) qui diagnostique le marché local du riz. 

Édifiant et inquiétant.

« Le riz continue d'être un aliment de base pour les Haïtiens. Alors que sa consommation n’a fait que grimper ces deux dernières décennies, sa production n’a cessé de décliner dans l’intervalle, forçant le recours à l’importation massive afin de satisfaire la demande nationale. Pour la campagne 2020/21, allant de juillet 2020 à juin 2021, la production de riz à travers le pays devrait atteindre 75 000 tonnes métriques (TM) tandis que les importations passeraient à 495 000 TM, selon des statistiques communiquées par le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA, en anglais), d’où provient plus de 90% du riz importé par Haïti.

D’une campagne à l’autre, la production de riz en Haïti devrait rester stable, prévoient des Américains, soit 75 000 TM en 2019/20 et en 2020/21, grâce notamment à une superficie de récolte de 66 000 hectares elle aussi restée stable. Toutefois, ces prévisions dépassent de plus de 15% la production de riz de la campagne 2018/19. Le rapport évoque en guise d’explication des conditions climatiques revenues à la normale avec la fin du phénomène «El Niño» en août 2019.

En peu de mots, il est dit que notre production rizicole ne suit pas la demande d’une population qui augmente et consomme plus de riz chaque année. Les efforts des autorités haïtiennes n’ont aucun effet sur la production. La pluie et les aléas climatiques décident. Et les promesses d’engrais et autres intrants ne sont pas tenues.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".