Covid-19: les hôpitaux mobilisés à contribuer à la prise en charge des patients

L’Association des hôpitaux privés d'Haïti a fait savoir lors d’une conférence à la résidence officielle du Premier ministre, mercredi 15 avril 2020, que les institutions sanitaires privées sont mobilisées dans la prise en charge des patients atteints du Covid-19. Par la voix de son président, le Dr Franck Généus, l’AHPH a précisé que les hôpitaux privés viendront seulement en appui à ceux du réseau public s’ils détiennent les moyens nécessaires en termes de matériel et d’équipements.  

Publié le 2020-04-15 | lenouvelliste.com

Face à la crise sanitaire provoquée par la pandémie de coronavirus, les hôpitaux privés ne comptent pas se soustraire à leurs responsabilités, a assuré le président de l’Association des hôpitaux privés d'Haïti, le Dr Franck Généus. Une vingtaine d'établissements sanitaires privés étudient en ce moment la possibilité de prendre part aux efforts des autorités pour assurer la prise en charge des patients contaminés par le Covid-19. « Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que la réponse doit être nationale.  Une vision commune avec l’État pour rendre les hôpitaux du secteur privé de la santé beaucoup plus opérationnels est en phase de finalisation. Des discussions ont été engagées pour voir dans quelle mesure des ressources seront mises à la disposition des hôpitaux du secteur privé », a-t-il avancé.

Pour que cette mobilisation soit effective certaines ressources doivent être disponibles, notamment les équipements de protection individuelle et un espace d’accueil pour recevoir les malades et leur administrer le traitement. « Nous espérons que les hôpitaux privés seront déjà prêts à assurer la relève, une fois le secteur public rencontre ses limites en étant dépassé par la situation. Des discussions sont en cours pour que les hôpitaux privés soignent les patients atteints du Covid-19 gratuitement », a ajouté le Dr Franck Généus.   

Le spécialiste en santé publique, le Dr Franck Généus, a affirmé que l’AHPH a exprimé aux responsables étatiques son intérêt manifeste d’établir une passerelle de communication entre les centres hospitaliers privés et la commission de gestion de la pandémie. « Nous voulons être dans les lieux de prise de décision afin que nous puissions apporter notre contribution pour une meilleure coordination », a-t-il précisé, ajoutant au passage que cette participation n’est autre qu’une contribution en appui aux hôpitaux du réseau public de la santé.

L’autre préoccupation des hôpitaux privés réside dans le fait que les autres maladies continuent d’exister. La prise en charge des maladies chroniques, des gens qui ont besoin de se faire opérer, des femmes enceintes entre autres ne doit pas s’arrêter à cause de la pandémie. « Nous autres du secteur privé de la santé espérons, dans les jours qui viennent, que nous aurons un protocole clairement défini prenant en compte ce que l’État attend de nous et ce que nous pouvons offrir comme contribution directe en matière de réponse à la pandémie. Le dialogue est lancé et nous sommes sur la bonne voie de trouver une entente définitive sous peu », a poursuivi le Dr Généus.

Selon les explications du Dr Généus, à la phase de tri et de référence pour les cas suspects tous les centres hospitaliers privés sont concernés, mais quand il faut placer les cas avérés en quarantaine ou hospitaliser les cas les plus graves, seuls les hôpitaux disposant d’un plateau technique peuvent le faire. Il a assuré par ailleurs que le personnel de soins de ces hôpitaux a suivi des séances de formation que le ministère de la Santé a organisé sur le coronavirus (Covid-19) et sait comment se protéger.



Réagir à cet article