Coronavirus : n’attendez pas de souffrir pour croire que la pandémie existe

Publié le 2020-04-08 | Le Nouvelliste

Alors que les hommes se complaisent dans une concurrence permanente pour être les meilleurs, à la pointe de la technologie, plus forts et indestructibles, un microscopique virus vient tout remettre en question en cette vingt-et-unième année du XXIe siècle.

Après quelques semaines de crise, difficile de revenir à la quiétude de novembre 2019, encore moins de se projeter en mai ou en juin 2020. Les montres ne font plus tic-tac. Tous les agendas se sont arrêtés au temps du Covid-19.

Tétanisés, tous les hommes sont logés à l’enseigne de leur fragilité comme jamais dans un passé récent. 

Aucun des super ordinateurs disponibles ni les médicaments les plus chers n’arrivent à décrypter les mystères du virus ni à l’éradiquer, pas même à le prévenir. Le virus fait rentrer l’humanité dans le temps de la peur et de la mort. Plus de la peur que de la mort d’ailleurs, quand on regarde les statistiques. 

Le virus mystère nous projette dans l’après-vie et c’est insoutenable. Comment s’imaginer mort dans un futur proche ? 

Et se pose la question : que reste-t-il à l’homme en ces temps troublés ?

Il faut revenir aux fondamentaux. 

La semaine sainte et le miracle du dimanche de Pâques interpellent comme jamais, ces jours-ci. 

Il faut croire et attendre. Même sans voir. Surtout croire avant de commencer à souffrir. Soi-même ou pour ses proches. Le virus est cruel, vous préserver est le seul remède.

Croire sans voir, l’homme est capable de cela. Des siècles de religions sur cette terre nous ont formés à cet exercice. 

Faire appel à notre fond chrétien est d’une grande utilité pour prescrire et se soumettre aux mesures barrières pour combattre, retarder, éviter le Covid-19. 

Le virus, on ne le voit pas, on ne le touche pas, on ne le sent pas, on ne connaît pas son goût, on ne l’entend pas arriver. Nos sens ordinaires ne nous servent à rien dans cette affaire. Il nous faut miser sur le sixième sens, sinon sur le gros bon sens. 

Il faut écouter les spécialistes, les personnes autorisées, pour espérer vivre deux jours de plus. Les croire comme on croit ceux qui promettent la vie éternelle. 

Si l’homme est disposé à croire, il est aussi prédisposé à douter. Depuis des siècles l’homme est curieux. Il se brûle aux feux des découvertes avec gourmandise. Et cela fait avancer le monde depuis des siècles et des siècles. 

Contre le virus, le seul doute qui importe est celui des scientifiques. De ceux qui s’activent à le combattre. À protéger la vie du plus grand nombre. Ce doute méthodique et articulé nous fera sortir de la pandémie.

Le doute de ceux qui mettent tout en doute ne nous conduira qu’aux pires des catastrophes. 

Les temps de Pâques, temps de vacances, de réjouissances et de retrouvailles doivent nous permettre de rentrer en nous-mêmes pour chercher l’indispensable sel de la vie et l’atome du bonheur qui est en nous. Utilisez vos heures pour une quête intérieure. Soyez votre propre explorateur.

Pendant cette pause obligée, faites l’inventaire de vos possessions, il n’y a pas si longtemps indispensables, soudainement devenues futilités, relativisées dans l’absolu par le coronavirus. Tant de complications n’étaient pas nécessaires pour vivre. Quelle découverte en ces temps de parcimonie. 

Le bon côté du coronavirus, c’est la légèreté qu’il impose et le superflu qu’il révèle. 

Pour certains, le temps du virus est vécu comme un temps de pénitence; vivez-le comme une renaissance à l’essentiel. Découvrez-vous, découvrez les pépites qui sont autour de vous. Transformez  le  temps du confinement en temps de repli et d’apprentissage. De remplissage pour de prochains combats avec de nouvelles armes. Une âme neuve. 

Même sans voir le virus, croyez aux mesures prescrites : montez des barrières entre vous et les autres pour vous protéger. Pour les protéger. 

Joyeuses Pâques à tous.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".