Coronavirus : « Il faut s’attendre à une récession de l’économie mondiale et de lourdes conséquences pour l’économie haïtienne »

Publié le 2020-03-19 | Le Nouvelliste

À cause de la propagation rapide du coronavirus, jusqu’à 25 millions d’emplois sont menacés dans le monde, selon l’Organisation internationale du travail (OIT). La pandémie de  Covid-19 met à l’épreuve l’économie mondiale.  En Haïti, deux des entreprises du secteur d’assemblage ont des difficultés à s’approvisionner en matières premières. Intervenant dans le cadre d’un cocktail-débat organisé, mercredi 18 mars, à l’hôtel El Rancho, sous les auspices de la firme EGM Strategy & Management, l’économiste Pierre-Marie Boisson a soutenu que l’économie  internationale était en mode ralenti  bien avant l’apparition du coronavirus.  Quant à l’économie nationale, l’économiste a souligné qu’elle  est sortie de sa plus mauvaise année depuis le tremblement de terre de 2010, avec une croissance de -1,2% d’après le Fonds monétaire international (FMI).  

« Le contexte international est incertain. L’économie est marquée par des incertitudes profondes.  La croissance économique continue de suivre sa tendance à la baisse, 3,7% en 2018 et 3% en 2019.  La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine a des conséquences sur les échanges commerciaux qui ont baissé jusqu’à 1% en 2018 contre 3,6% en 2018, les prix des denrées dont le pétrole sont en baisse », a indiqué Pierre-Marie Boisson, soulignant qu’en 2019, le panorama politique a été  marqué, entre autres,  par des contestations en série dans plusieurs pays, la hausse des inégalités, le vieillissement des populations.  Pour faire comprendre l’impact probable du coronavirus sur l’économie internationale, l’économiste a expliqué  l’importance de la Chine en termes de poids économique. «  La Chine, c’est la deuxième économie du monde. Elle représente 14 trillions de dollars  en valeur de marché et un tiers de la croissance mondiale en 2019. La Chine et les États-Unis sont très liés », a souligné  M. Boisson.

Pour ce qui est de l’économie nationale, Pierre-Marie Boisson fait état d’un marasme économique. Au cours de l’année 2019, il a souligné que  le pays a connu sur le plan sociopolitique des manifestations, des arrêts de travail (peyi lòk),  de l’insécurité, du kidnapping et d’une absence de gouvernement durant un an. C’est la première fois depuis le séisme que le pays enregistre une décroissance du produit intérieur brut, variant entre -1,2% et 0,% (PIB) », a soutenu M. Boisson, révélant une chute de moitié du tourisme qui représente en termes de chiffres 500 millions de dollars américains. Autant dire, les pertes enregistrées dans le  secteur touristique en 2019 représentaient à peu près 250 millions de dollars.  

Dans son exposé intitulé « Économie haïtienne, conjoncture et perspectives pour les entreprises », l’économiste a souligné une chute au niveau de l’entrée des devises, des capitaux privés, du commerce et de l’agriculture.  En 2019, l’économie haïtienne a accusé un manque à gagner d’environ 700 millions de dollars par rapport à l’année 2018, a fait remarquer Pierre-Marie Boisson.  « L’économie haïtienne a connu une forte chute de revenu. Elle est en souffrance. Une souffrance  qui se manifeste à partir de la croissance, des sources de devises, de l’inflation croissante et une perte de sa capacité à employer la population haïtienne », a-t il expliqué.

 En termes de performance monétaire, l’économiste a attiré l’attention sur une baisse du financement monétaire chiffré à 9, 7 milliards de gourdes  en 2019 contre 24,3 milliards de gourdes en 2018. « En regardant les statistiques du Fonds monétaire international (FMI), l’État s’est financé par les arriérés. Il y a une accumulation d’arriérés record de 33 milliards de gourdes. L’État est obligé de s'acquitter de ses arriérés puisqu’il ne peut pas les avoir indéfiniment.  L’État doit beaucoup d’argent depuis deux ans aux compagnies de construction et d’énergie, aux employés publics », a avancé Pierre-Marie Boisson, précisant les arriérés de l’Etat se chiffrent à 33 milliards de gourdes.  L’économiste a aussi présenté des statistiques sur les recettes douanières, le change, l’inflation, les transferts et la masse monétaire. En ce qui concerne les recettes douanières, il a mis l’accent sur le fait qu’elles ne correspondaient pas à l’appréciation du taux de change de 33%  en 2019. Quant aux recettes douanières, elles ont augmenté de 20% en 2019.   

L’économiste a fait un distinguo entre la crise de 2008 et celle d’aujourd’hui. De l’avis de Pierre-Marie Boisson, le véritable problème posé par le coronavirus ne réside pas dans le taux de  mortalité mais dans sa vitesse de propagation qui provoque l’égorgement des systèmes sanitaires. C’est le confinement,  mesure  prise pour contenir la propagation du Covid-19, qui aura le plus grand  impact économique, d’après M. Boisson. « Le fait de confiner les gens, d’empêcher le voyage est un coup fatal pour le tourisme qui représente 10% de l’économie mondiale », a révélant que les dépenses chinoises dans le secteur touristique se chiffrent à 250 milliards de dollars par année.  « L’économie fonctionne à partir d’échanges.  C’est l’échange qui permet la spécialisation,  la croissance et l’efficacité économique. C’est l’échange qui booste  l’activité économique. Quand l’échange est bloqué par une situation quelconque dont le coronavirus, cela provoque la dépression », a argué Pierre-Marie Boisson.

De son côté, Grégory Morissette, directeur exécutif  EGM Strategy & Management,  a précisé que ce cocktail- débat organisé à l’intention des entreprises pour leur permettre d’être bien imbus de la réalité économique actuelle à un moment la crise du coronavirus s’accentue. « L’objectif consiste à permettre aux entreprises de disposer des informations, des données  pour qu’elles puissent mieux se positionner et prendre les meilleures décisions », a-t-il déclaré, soulignant que l’événement a été rendu possible grâce aux institutions suivantes : Groupe Sogebank, Digicel, Comme il faut...          

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".