Coronavirus, Haïti doit-il jouer son avenir à pile ou face ?

Publié le 2020-03-18 | Le Nouvelliste

Haïti fait partie avec le Brésil et le Mexique des pays en Amérique où les autorités politiques ne prennent pas encore toute la mesure de la menace du Covid-19. Haïti comme le Mexique ou le Brésil continue de vivre sans trop d’inquiétude. Nous sommes sur la courte liste des pays qui jouent leur avenir à pile ou face, ce 18 mars 2020.

D’autres pays figuraient sur la liste des insouciants. Les États-Unis et l’Agleterre, par exemple. Depuis quelques jours, le président Donald Trump s’est ajusté et a changé de discours. Le premier ministre Boris Johnson a lui aussi un autre message pour sa population, depuis vingt-quatre heures.

Pour avoir pris du retard à mettre en place les précautions essentielles, Américains et Anglais comptent les morts… et se préparent à affronter une catastrophe majeure.

Ils ont joué le coronavirus à pile ou face, mais ils ont les moyens de réagir. De gros moyens.

Tous les autres pays, faute de pouvoir espérer que la malchance les épargne, ont pris, aussi tôt que possible, des mesures pour protéger leur population, leur économie, l’avenir. Tout autour de nous, en Amérique, sans cas avéré, certains pays ont appliqué les deux remèdes qui protègent du Covid-19 : la prévention et le confinement.

En Chine, le pays d’où est parti le coronavirus, le «peyi lòk» a donné des résultats extraordinaires pour le moment. La vie reprend. La leçon chinoise et la catastrophe en Italie nous apprennent aussi que quand les autorités minimisent la crise à venir des hommes et des femmes meurent et les sociétés paient le lourd prix de l’épidémie.

La Chine avait hésité à reconnaître la dangerosité de la maladie, elle en a fait les frais. L’Italie a tardé, elle vit une catastrophe.

Grâce aux cas chinois et italien, le Covid-19 a un calendrier connu, les autorités haïtiennes semblent encore l’ignorer. Pile ou face est le choix jusqu'à présent et Bon Dieu Bon protège le pays.

En Haïti, on lambine. On attend. Chaque institution décide de sa propre marche à suivre. Les orchestres, les ambassades, les écoles internationales, les restaurants, les institutions culturelles, chaque famille, décident seuls de la marche à suivre devant le «kè pòpòz» des responsables.

Même la décision gouvernementale annoncée mercredi soir d’interdire les rara, ces fêtes populaires dans les provinces, ne s’explique pas quand on sait que la vie continue sans entrave dans les grandes villes surpeuplées.

En Haïti, ce mercredi 18 mars, l’aéroport est ouvert pour des vols commerciaux sur l’étranger, l’école continue, la vie est normale. Même sans cas officiel, le virus est dans un terrain parfait pour circuler et se propager.

Les décisions fermes prises en République dominicaine mardi soir n’ont pas encore eu d’effet d’entraînement en Haïti. Les annonces du président Danilo Medina et les mesures de soutien aux Dominicains - pas seulement pour les entreprises- prises par la banque centrale du pays voisin risquent même de tétaniser encore plus les autorités haïtiennes. Notre dénuement est réel.

Faut-il rappeler que la faible diplomatie haïtienne n’a pas bien géré notre situation d’insulaire qui partage une île avec un autre pays ? On agit seul, sans nos voisins. 

On n’a pas d’écho non plus de démarches de la diplomatie haïtienne pour solliciter des pays amis (comme Taïwan avec qui nous sommes en froid) ou pas (comme la Chine qui a la plus grande expérience de la maladie) pour aider à pourvoir Haïti de ce qui lui fait défaut en termes d’intrants afin de nous préparer à une éventuelle arrivée sur le territoire nationale du Covid-19.

Bien entendu, il n’est pas possible aujourd’hui d’acheter des millions de masques, des milliers de respirateurs artificiels, de construire des hôpitaux ou de former des centaines de médecins et d’infirmières. On n’a ni le temps, ni l’argent, ni même l’intention de le faire. Reste les deux remèdes, quasi gratuits, que sont l’information abondante et le confinement préventif. On hésite à s’en servir.

Haïti risque d’être le premier pays très faible, il y en à moins d’une vingtaine dans le monde, que le Covid-19 rencontrera sur sa route. Les dégâts peuvent être énormes. Ne l’oublions pas. Cessons de jouer à pile ou face notre sort.

Malheureusement, l’attitude des autorités haïtiennes de 2020 rappelle celle des autorités haïtiennes en 2010. Des mois avant le séisme, en dépit des prédictions et alertes des experts, aucun responsable haïtien n’avait établi de plan pour savoir quoi faire en cas de catastrophe ni pour parer au pire.

René Préval comme Jovenel Moïse avait joué l’avenir du pays à pile ou face. On recommence avec le Covid-19, ce qui ne nous avait pas réussi avec le tremblement de terre.

Alors qu’une série de crises (alimentaire, économique, sécuritaire, etc.) déjà en cours dans le pays vont s’aggraver avec ou sans des morts provoquées par le Covid-19 dans le pays, en 2020, le reste de la société haïtienne reste aussi amorphe… malheureusement. Comme en 2010.

Haïti étant Haïti, pourquoi faire simple et bon marché si l'on peut faire compliqué et cher…

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".