Haïti rend hommage aux victimes du séisme du 12 janvier 2010

Publié le 2020-01-13 | Le Nouvelliste

C’est à Saint-Christophe, site abritant le mémorial construit en hommage à des centaines de milliers de victimes du séisme de 2010, qu'a débuté la journée commémorative des 10 ans de cette catastrophe. Le président de la République, Jovenel Moïse, s’y est rendu, accompagné de son Premier ministre Jean Michel Lapin, du président de la Cour de cassation, des présidents du Sénat et de la Chambre des députés, des membres du cabinet ministériel, des représentants de la communauté internationale... Jovenel Moïse a déposé une gerbe de fleurs au pied du monument dédié à la mémoire des personnes décédées. De nombreux ambassadeurs des pays amis d’Haïti ont également déposé des fleurs en hommage aux victimes. Ces offrandes florales ont été ponctuées de minutes de recueillement. 

Après Saint-Christophe, une cérémonie œcuménique ainsi qu’une exposition ont eu lieu dans les jardins du musée du panthéon national haïtien (MUPANAH). La cérémonie œcuménique a été animée en composition musicale par le groupe vodou « Nègès Flavodou », Cynthia Lamy (catholique) et la chorale protestante « Gospel créole ». Des peintures et des sculptures ont été exposées dans la partie artistique de la cérémonie. 

Dans son allocution, le président de la République s’est remémoré du séisme et les élans de solidarité qui se sont manifestés immédiatement après son passage. « Ce jour-là, il n’y avait pas que de maisons détruites ou des vies perdues. La mauvaise foi, la colère, la haine, la division ont pris la fuite et ont cédé la place à l’espoir et à la solidarité. Les Haïtiens ont fait preuve d’une résilience qui a été remarquée par le monde entier. Cette résilience a puisé sa force dans notre devise : " l’Union fait la force". Les blocs de béton ne pouvaient pas résister à la solidarité et l’espoir du peuple haïtien », a rappelé Jovenel Moïse. Le président a également exprimé sa reconnaissance vis-à-vis des pays de la communauté internationale qui ont volé au secours des sinistrés. 

Le président a également mis l’accent sur la nécessité de réduire la vulnérabilité du pays vis-à-vis des catastrophes naturelles. « En raison de sa position géographique, notre pays n’est malheureusement pas à l’abri des catastrophes naturelles : séisme, tsunami et autres dangers connexes. Plusieurs failles actives traversent le pays, notamment celles d’Enriquillo et du grand Nord. De plus, en raison du réchauffement climatique et comme petit État insulaire, nous sommes appelés à enregistrer plus fréquemment des cyclones avec des vents de plus en plus violents. Malheureusement, la science a ses limites en ce qui concerne les prévisions. Nous devons anticiper les phénomènes naturels. Même si nous sommes impuissants face aux risques en raison de notre position géographique, nous avons l’impérieuse obligation de faire preuve d’une certaine capacité de résilience et réduire notre vulnérabilité », a-t-il souligné.

Le président a fait état des décisions, lois et dispositions qui ont été prises afin de mieux répondre à une éventuelle catastrophe. « En plus d’avoir décrété cette date comme journée nationale de réflexion et de sensibilisation à la vulnérabilité d’Haïti face aux risques et désastres, nous pouvons également mentionner la loi sur les normes d’accessibilité à l’environnement bâti qui a été déposée et votée au Parlement publiée par l’exécutif. 100 ingénieurs ont été recrutés sur concours avec l’aide de l’OMRH pour être affectés aux municipalités d’ici le mois de février (...) », a fait savoir Jovenel Moïse. 

L’instabilité politique et le phénomène « peyi lòk » causent presque plus de dégâts à l’économie que le séisme de 2010

Après avoir salué la solidarité interhaïtienne qui s’est manifestée après le séisme, Jovenel Moïse regrette qu’Haïti, 10 ans plus tard, « offre une autre image à la face du monde ». « Où est donc passée cette solidarité ? Le constat aujourd’hui est que la haine et la discorde ont gagné nos cœurs. L’incitation à la haine et à la violence nous a transformés. Ce peuple réputé bon est devenu méconnaissable », a fait remarquer le locataire du Palais national. 

Plus loin, le chef de l’État a fait une comparaison, en termes de conséquence, entre l’instabilité politique et le séisme du 12 janvier. « Les conséquences des longues périodes de troubles, d’instabilité politique et en particulier le phénomène « peyi lòk » et ses impacts inestimables, ont certainement causé plus de dégâts dans notre économie et fait plus de tort à notre société. Pour ne pas dire presque plus de tort que le tremblement de terre du 12 janvier 2010 », soutient Jovenel Moïse qui a réitéré son appel au dialogue et à l’unité. 

À la fin de la cérémonie, l’arrivée du comédien et désormais activiste Matyas a provoqué un début de tension sur le site de Saint-Christophe. À la tête d’une dizaine de partisans, Matyas a dénoncé la présence de Jovenel Moïse et de l’ambassadrice américaine dans une cérémonie d’hommage aux victimes du 12 janvier 2010. Des agents du CIMO et de l’USGPN ont empêché les protestataires de s’approcher des dignitaires. Un branle-bas s'en est suivi. En quelques secondes, tout le monde a vidé les lieux. Pour sa part, Matyas et sa troupe ont investi le site, l’ont débarrassé des fleurs déjà déposées par le président et ses invités avant d'y mettre les leurs.

Bouquet d’hommage des pays amis d’Haïti

La communauté internationale s’est également jointe au concert d’hommage aux victimes 10 ans plus tard. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a publié un message vidéo pour saluer la mémoire des victimes. « En ce jour, nous rendons hommage aux centaines de milliers d'Haïtiennes et Haïtiens qui, voilà dix ans, ont perdu la vie dans le séisme dévastateur qui a frappé leur pays, et aux millions d’autres que cette catastrophe a durement touchés. Nous rendons aussi hommage aux cent deux membres du personnel de l’ONU, nos collègues, qui y ont trouvé la mort. Jamais je n’oublierai la tristesse et l’effroi que nous avons tous ressentis dans l’organisation lorsque nous avons compris l’ampleur de la tragédie. Mes pensées vont à celles et ceux qui ont perdu des proches, des amis, des êtres chers », a déclaré le numéro de l’ONU. 

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est lui aussi prêté à l'exercice. « Aujourd’hui, les États-Unis se joignent au peuple haïtien et à la communauté internationale, en hommage solennel à l’anniversaire du tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010. Nous honorons la mémoire de ceux qui ont disparu, et nous méditons sur le courage, l’héroïsme et la force du peuple haïtien. Un peuple qui continue à lutter pour construire un pays qui honore la mémoire de ses disparus, un peuple qui continue à lutter pour assurer à ses familles dignité et prospérité. Les États-Unis réitèrent leur engagement à renforcer, par le biais du Partenariat États-Unis-Caraïbes pour la résilience, la capacité de la région à se préparer aux catastrophes ainsi que sa capacité d’adaptation. Nous demeurons déterminés à travailler à l’avènement d’une Haïti saine, sûre et prospère et d’un avenir meilleur pour le peuple haïtien », a-t-il indiqué. 

Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, dit s’être souvenu des victimes a présenté ses condoléances à leurs proches. 

« Il y a dix ans aujourd'hui, un tremblement de terre dévastateur survenu en Haïti a provoqué la mort de centaines de milliers de personnes, dont 58 Canadiens, et changé à jamais la vie de beaucoup d’autres. Au cours des dix dernières années, le peuple haïtien a fait preuve d’une résilience incroyable face aux défis et aux obstacles. Il poursuit aujourd’hui ses efforts visant à bâtir un avenir meilleur. En tant que partenaire et ami fidèle d’Haïti, le Canada demeure résolu à appuyer le peuple haïtien. Que ce soit par la générosité des Canadiens qui ont fait un don après le séisme ou par le biais de la communauté canado-haïtienne qui multiplie les ponts entre nos deux pays, nous sommes solidaires des Haïtiens. Au nom du gouvernement du Canada, j’invite tous les Canadiens à se souvenir de ceux qui ont perdu la vie suite à cette tragédie. Nous offrons notre soutien à tous ceux qui continuent de rebâtir un avenir plus prometteur », a confié Trudeau. 

L’ambassade de France en Haïti a rendu hommage à la mémoire des victimes. « En ce 10e anniversaire du tremblement de terre du 12 janvier 2010, la France rend hommage à la mémoire des victimes. Elle s’associe au recueillement du peuple haïtien qui a traversé cette terrible épreuve avec tant de courage et de dignité », a écrit l’ambassade sur Twitter. 

L’ambassade d’Allemagne en Haïti a exprimé ses sympathies profondes et sa proximité au peuple haïtien tout entier. « Les torts physiques et les tortures morales causés par ce tremblement de terre laissent encore des cicatrices qui, pour certains, dureront probablement toute leur vie. L’une des choses qui ait retenu l’attention des collègues de l’ambassade, sur place à l’époque, c’était ce mouvement impressionnant de solidarité entre les Haïtiens qui a été observé tout de suite après cette catastrophe. Avant que les aides venant de l’extérieur n’arrivent, les Haïtiens, avec les moyens du bord, se sont pris en charge, illustrant cette croyance populaire "Pwoblèm nou youn se pou nou tout ". Nombreux étaient les articles écrits dans les journaux nationaux et internationaux et les images, relayées en boucle, qui ont mis l’accent sur la résilience du peuple haïtien, sa foi, contre toute espérance, en des lendemains meilleurs et sa capacité à ne pas baisser les bras dans les circonstances où beaucoup auraient tout abandonné. En ce moment où l’on commémore la mémoire des disparus et rend hommage aux victimes du 12 janvier 2010, l’ambassade d’Allemagne formule le voeu que cet esprit de solidarité et cette résilience continuent de prévaloir dans toutes les sphères d’activité de la nation et qu'ils conduisent finalement à un futur meilleur pour la population tout entière », peut-on lire sur le site de l’ambassade. Plusieurs autres ambassades étrangères ont également publié des messages d’hommage sur la Toile.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".