Jovenel Moïse ou l’art de ne pas faire son propre bilan 

Le président Jovenel Moïse, bouté hors des Gonaïves, s’est retranché au Palais national où il a prononcé le discours de la commemoration de l'Indépendance d'Haïti, le 1er janvier 2020. Si le chef de l’Etat a mis en avant l’opportunité offerte par l’occasion de se regarder dans le miroir et de faire un bilan, il a cependant excellé dans l’art de se démarquer du bilan socioéconomique désastreux et de ses cuisants échecs politiques.    

Publié le 2020-01-06 | Le Nouvelliste

Le président Jovenel Moïse a rompu avec la tradition instaurée par le président Jean-Bertrand Aristide. Il n’a ni assisté au traditionnel Te Deum à la cathédrale des Gonaïves ni prononcé son discours solennel depuis cette ville, le premier et l’un des plus importants de l’année, à la place d’armes, à l’occasion de la commémoration des 216 ans de l’indépendance d’Haïti, ce 1er janvier 2020. Contraint de se retrancher dans le périmètre hautement sécurisé du Palais national et du Champ de Mars, sous pression de l’opposition qui avait appelé à manifester à la cité de l’Indépendance où les concerts d’armes automatiques détenus par des partisans du pouvoir et de l’opposition rythment le quotidien depuis plusieurs semaines, le président Jovenel Moïse a réchauffé son appel à l’unité et au dialogue pour mettre sur pied un gouvernement.

« Encore une fois, nous invitons tous les fils et filles de cette nation, toutes les forces sociales, économiques et politiques, toutes les élites à construire un lendemain meilleur pour les générations à venir, à être positifs, à ne pas chercher de prétexte pour ne pas rater encore une fois l’occasion de se retrouver sur le chemin de l’histoire. Ensemble. L’histoire ne nous pardonnera pas, vous et moi. Quelles que soient nos divergences politiques, nous devons nous donner la main, nous assoir autour d’une table pour discuter des réformes qui permettront au pays d’être gouverné, d’être mis sur les rails du développement durable », a indiqué le président Jovenel Moïse.

« En ce début d’année, de nombreux défis interpellent notre nation. Nous devons les relever tous, ensemble, dans la fraternité, dans le respect des lois de notre pays, des institutions, dans l’esprit de concorde nationale. Haïti est pour nous un précieux héritage. Chérissons-le, aimons-le, sauvons-le », a poursuivi Jovenel Moïse, qui a mis en avant les efforts consentis pour l’unité et le progrès d’Haïti. « En ces temps difficiles, croyez-moi, je consacre toute mon énergie, toute ma force, toute ma volonté au service de la paix, de l’unité et du progrès de notre cher et beau pays », a affirmé le président Chef de l'État qui, il y a peu, avait indiqué qu’il avait sept têtes (d'un serpent) à couper et prévenu que ceux qui se mettaient sur la route de ses réalisations au bénéfice du peuple haïtien pourraient être victimes de "petits accidents".

Le chef de l’Etat a soutenu que ce 1er janvier, jour anniversaire, offre l’occasion de formuler des souhaits, de se regarder dans le miroir et de faire le bilan. Le président Jovenel Moïse ne s’est pourtant pas aventuré à dresser le bilan de 2019. Il a échoué dans sa « lutte acharnée contre la misère et la précarité », échoué à mettre autour de la table tous les acteurs politiques, échoué à organiser les élections, à pousser en faveur des amendements à la Constitution et à agir en faveur d’une gouvernance apaisée susceptible d’éviter l’effet Titanic à l’économie et à la nation haïtienne. Le président Jovenel Moïse, qui a tendu le miroir et évoqué le nécessaire bilan, pendant plus de 20 minutes de discours, n’a rien dit sur l’économie haïtienne entrée en récession avec -1,2 % de taux de croissance du PIB, sur d’inflation, plus de 20 % en septembre dernier, sur la perte de 30 % de la valeur de la gourde par rapport au dollar, sur le fait que le nombre d’Haïtiens ayant besoin d’aide alimentaire est passé de 2,6 à 3,7 millions de 2018 à 2019, selon l’OCHA.

Le président Jovenel Moïse, à un mois de boucler la troisième année de son quinquennat à la tête d’Haïti, n’a pas évoqué l’aggravation de crise alimentaire ni un plan de sauvetage et de redressement économique. «  Je comprends toutes les souffrances et les misères que vous endurez. Je n’ai jamais oublié de vous le dire. Je suis issu de vous. Je ne peux pas vous trahir. Je ne vous trahirais jamais. Les choses sont difficiles. C’est dans l’unité que nous trouverons les solutions pour retirer le pays des dents du serpent à 7 têtes qui sont le black-out, la surfacturation, l’insécurité, la pauvreté extrême, la fraude, l’évasion fiscale, et le non accès au crédit », a soutenu le président de la République.

« Ces anomalies ont mis Haïti dans le carrefour dangereux où il se trouve aujourd’hui. Ce sont elles qui ont mis le pays sur la route de la misère et du sous-développement. Ce sont ces anomalies qui provoquent des affrontements entre groupes politiques. Ce sont elles que je dois combattre et non mes frères de l’opposition politique », a poursuivi le président Jovenel Moïse qui a dénoncé le fait que l’Etat haïtien, source de rentes et capté par une minorité, est contre la nation, contre les intérêts du peuple.

Le chef de l’Etat, qui a laissé l’impression de s’exprimer d’un lieu de spectateur, sans plan d’action particulier en faveur du renforcement des capacités de la douane, de la police frontalière, d’efforts diplomatiques pour de nouveaux accords avec la République dominicaine pour renforcer la coopération inter-douane, formaliser le commerce entre les deux Etats,  a indiqué que « l’Etat doit prendre le contrôle des frontières par le contrôle des douanes maritime et terrestre et aérienne ».

« L’argent de la contrebande et de l’évasion fiscale, l’argent de la surfacturation est un cancer pour Haïti. Nous les combattrons avec toutes nos forces. Il faut numériser l’Etat, notre administration publique pour lutter efficacement contre ces fléaux », a indiqué le président Jovenel Moïse sans rentrer dans les détails de ce projet de numérisation.

Le président d’Haïti, pays devenu plus pauvre avec plus d’affamés, a souligné l’importance des « réformes » dans le secteur de l’énergie. « Les réformes que nous faisons dans le secteur de l’énergie sont très importantes si nous voulons mettre le pays sur le chemin du développement. 7 des 9 millions de personnes dans la Caraïbe qui n’ont d’électricité chez eux se trouvent en Haïti. Ce n’est pas un hasard mais un choix fait par les élites pour construire un Etat qui travaille contre le peuple. Comment peut-on imaginer, en 2020, que 70 %  de la population haïtienne vive sans électricité ? Demandez à ceux qui vivent chez nos voisins, à la Jamaïque, aux Bahamas combien de gens vivent sans électricité chez eux », a indiqué le président Jovenel Moïse qui, dans ce discours, s’invente une autre pyramide des besoins primaires que sont la nourriture, l’eau potable, l’accès aux soins de santé et à l’éducation.

Jovenel Moïse  « Mister courant 24/24 dans tous le pays dans 24 mois », sans plan financier viable, réaliste pour réduire les centaines de millions de dollars de subvention publique à l’Ed’h qui collecte moins de 30 % du courant vendu et produit le kilowatt/h plus cher qu’elle ne le vend- s’est, l’une des rares fois, excusé. 

« J’avais promis de fournir du courant 24/24. Je ne suis pas parvenu à le faire dans le délai que je souhaitais. Je profite de ce grand jour pour m’excuser auprès de vous. J’avais mal évalué les forces qui s’opposent à moi. Ces forces sont puissantes. Elles prennent les formes et les couleurs qu'elles souhaient quand elles le souhaitent pour maintenir le système d’exploitation et maintenir depuis longtemps le peuple en capture... Ces forces contrôlent les plus grandes institutions du pays pour pouvoir défendre leurs privilèges et leurs intérêts », a poursuivi Jovenel Moïse.

« Nous avons vu clairement dans quelle antre de serpents que j’ai enfoncé mes mains en m’engageant dans une série de réformes dans ce pays. Je me suis armé de courage comme vous me l’avez demandé pour faire cela », a poursuivi le chef de l’Etat qui, après avoir concédé la mauvaise évaluation à la base de sa promesse de fournir le courant 24/24, a affirmé savoir ce qui est bon pour le pays. « Comme je le dis, je comprends et je sais ce qui est bon pour le pays. Mais je vous dis, peuple haïtien, la bataille est dure, très dure, mais personne, je dis que personne, n’est plus fort que l’État quand il décide de mettre de l’ordre dans le désordre », a poursuivi le président Jovenel Moïse à qui on reproche des tentations autoritaires.  

Sur cette année 2019, désastreuse, le président Jovenel Moïse a posé un qualificatif : « épuisante ». Il a aussi  formulé des remerciements à l’endroit de la communauté internationale. « Chers amis et partenaires de l’international, le peuple haïtien vous sera infiniment reconnaissant de l’avoir accompagné tout au long de l’année 2019 qui a été somme toute épuisante pour nous tous. Le peuple haïtien compte sur vous pour les jours et les ans à venir », a dit Jovenel Moïse, qui a bénéficié du soutien du gouvernement américain à chaque étape de la crise de 2019. « Bonne et heureuse année 2020 à vous tous et à vous toutes », a quand même souhaité le chef de l’Etat qui est resté loin des Gonaïves où, pendant toute la matinée du 1er janvier, des rafales d’armes automatiques ont été entendues. L’opposition avait décidé d’organiser ce jour-là les funérailles de Cenoble Mecène, un militant politique tué par balle à Raboteau. 

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".