Poules et pailles pour nos politiciens

Publié le 2019-12-26 | Le Nouvelliste

Faute de grives, on mange des merles, dit un proverbe français. L’expression explique à merveille qu’à défaut d’avoir ce que l’on désire, on accepte ce qu’on a.

Un proverbe créole est encore plus savoureux : malfini pa jwenn poul, li pran pay. Imaginez la plongée en piqué du rapace (le malfini) qui rate sa proie, une poule bien dodue, mais dont les griffes acérées remontent au ciel en enserrant de la paille.

Les grives et les merles sont deux oiseaux. Le gallinacée et la paille n’ont rien de comparable.

Le dialogue politique haïtien mélange les deux expressions. Faute de trouver des interlocuteurs de l’opposition radicale, le président Jovenel Moïse s’est rabattu sur des hommes politiques simplement critiques de sa gestion du pays.

Le sénateur Joseph Lambert et son parti d’essence régionaliste, Konbit Nasyonal (KONA), sont de son camp. Le sénateur, autoproclamé « animal politique », est régulièrement cité pour devenir un jour son premier ministre après avoir ces dix dernières années fait la route avec René Préval, conseillé Jude Célestin et Michel Martelly. L’homme de Jacmel s’est aussi fait élire sénateur, a présidé le Grand corps avant de prendre ses distances avec une succession d’échecs de la majorité présidentielle à laquelle il appartenait.

Dans le cas de l’homme d’affaires et homme politique Éric Jean Baptiste, ancien candidat à la présidence, passé du Mouvement Action Socialiste (MAS), un petit parti, au Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), vieux parti politique fondé dans les années 70 par feu le professeur Leslie Manigat, il s’est montré tour à tour très critique à l'égard de l’homme de la banane au début de sa campagne électorale puis très compréhensif envers le président Jovenel Moïse. On raconte même qu’une ancienne secrétaire générale de son parti est sur la courte liste des premiers ministres possibles.

Lors de la rencontre avec les deux hommes au palais national ce jeudi d’après la Noël, aucun de ces deux interlocuteurs, quel que soit le sujet dérangeant abordé, n’a dû inquiéter le chef de l’État.

Reste le sort de l’opposition radicale. Le président leur a, à nouveau, écrit et les a  invité à le rencontrer après plusieurs « non mercis ». Sans surprise, le renouvellement de l’envie présidentielle a essuyé un refus sec.

Les opposants radicaux ne rêvent que d’officiels américains ou onusiens à convaincre, entre deux petits fours, qu’ils sont l’alternative rêvée au président en poste.

Le coq du palais national invite les malfinis de l’opposition. Ceux-ci refusent de s'asseoir à la même table que lui. Les opposants ne rêvent que des poules de l’international.

Pour le moment, le président et ses opposants ont chacun en main une poignée de pailles.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".