Dialogue communautaire

Jovenel Moïse dit avoir sept têtes à couper et demande à ceux qui ne l’aiment pas d’attendre le 7 février 2022

Si les signataires de l’accord de Marriott et d’autres responsables de partis politiques ont boudé l’invitation du président de la République vendredi dernier, Jovenel Moïse a organisé une forme de dialogue. Autour de lui au Palais national dimanche dernier, des leaders communautaires de l’aire métropolitaine et certains artistes très connus ; le chef de l’État en a profité pour annoncer qu’il a sur sa liste sept têtes à couper et qu’il n’a pas l’intention de démissionner.

Par Robenson Geffrard
Par Robenson Geffrard
23 décembre 2019 | Lecture : 3 min

Fini le gentil Jovenel Moïse qui se cache et qui lance des appels au dialogue. Le chef de l'État profite de l’accalmie constatée dans les mouvements de protestation en ce mois de décembre pour montrer ses muscles à ses adversaires  et réaffirmer son autorité. Le chef de l’État annonce avoir « sept têtes à couper. » « Je peux ne pas avoir du temps pour couper toutes les sept têtes, men m ap koupe 3 kanmenm…. Si je ne les coupe pas, elles vont se régénérer… », a lancé le président de la République alors qu’il s’adre

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.