Cité Soleil : la paix à l’épreuve des jeux de pouvoir…

Publié le 2019-12-02 | Le Nouvelliste

À Cité Soleil, la paix n’est pas qu’à l’épreuve des ambitions de lieutenants qui se frayent un passage au sommet du gang à coups de revolver comme Ti Joseph. Il y a un vrai jeu entre le pouvoir et l’opposition pour calmer ou pour attiser la colère des habitants du plus célèbre bidonville d’Haïti.

Là-bas, les chefs de gangs armés ont comblé le vide laissé par l’État. Régnant sur les 34 quartiers de l'un des plus grands bidonvilles de la capitale, ils ont leurs codes, « font du social », distribuent la « justice » avec droit de vie et de mort. Ils règlent leurs conflits de succession à coups de révolver : le chef, souvent, se fait descendre. Le dernier chef à s’être fait refroidir, Jinel Louis, alias Ti Ougan, était, jusqu’à vendredi, et peu avant l’inauguration d’un night club avec piscine et tout le tralala au coeur de la Cité, le chef de Boston.

Son tombeur, Ti Joseph, avant d’arroser Ti Ougan et ses gardes du corps (Benson et Bacha) de projectiles, était parvenu à tisser des liens, sceller les accords nécessaires avec Gabriel (chef de gang de Brooklyn et Warf) pour asseoir son autorité, estiment nos sources. « Le calme, revenu assez vite après les faits, signifie que le coup a été bien planifié et bien exécuté », a soutenu l’une des sources, soulignant que « Ti Joseph a déjà invité les membres de la population qui s’étaient enfuis de la zone à rentrer chez eux par ce qu’il avait réglé le problème avec Ti Ougan».

Son mobile, outre son aspiration à prendre le pouvoir, est le gain. « Il n’a plus voulu être traité en grapyay (moins que rien ndlr) par Ti Ougan qui contrôlait tout. C’est pour cela qu’il a tué Ti Ougan», explique une de nos sources, un habitant de la Cité. La fin tragique de Ti Ougan n'étonne nullement  le pasteur Jean Énock Joseph qui officie dans une église à Cité Soleil. Il était un des « caciques » qui a régné sur tous les aspects de la vie des résidents de Boston.  Sauf de rares exceptions, le chef, souvent un jeune homme, se fait toujours tuer par un de ses «soldats», a-t-il poursuivi, soulignant le caractère complexe des organisations qui gèrent tout ou presque dans ces quartiers abandonnés par l’État dans une interview sur Magik 9, lundi 2 décembre 2019. Le pasteur Jean Énock Joseph, une énième fois, a appelé les jeunes gens à étudier, à travailler dur et à tourner le dos aux gangs. L’espérance de vie des chefs de gangs, des caïds ou caciques est très limitée, a-t-il soutenu.

Il n’y a pas que ça.  À la Cité où tout est politique, les affinités politiques de Ti Joseph, scrutées, le donnent plus proche de la mouvance Lavalas que de celle du PHTK. « Il a un frère, propriétaire de Rara Veyo, qui est réputée proche de Lavalas. Je ne sais pas si cela va changer, mais aujourd’hui la majorité de chefs de file sont plus proches de l’opposition que du pouvoir », a soutenu cette source, soulignant que depuis le 15 septembre, les Tèt Kale et leurs émissaires ne sont pas parvenus à se rabibocher avec « tous les chefs de file » qui avaient permis à des membres de la population de Cité Soleil de participer à une manifestation exigeant le départ du président Jovenel Moïse.

Sur Twitter, lundi 2 décembre, le journaliste canadien évoluant en Haïti Étienne Coté Paluck a indiqué qu’après la mort de « Ti Ougan, jeune chef d’un groupe armé partisan du pouvoir à Boston, l’ensemble des groupes armés (« gangs ») de cette ville sont maintenant à l’opposition à l’exception d’un groupe à Bélékou».

Des inquiétudes pour la préservation de la paix

« La situation à Cité Soleil est complexe », a indiqué Michael Deibert, un journaliste et auteur qui travaille sur Haïti depuis plus de vingt ans. Ti Ougan était l’un des trois principaux leaders qui ont réussi à maintenir une paix fragile ces dernières années entre les factions rivales, a-t-il poursuivi, soulignant qu’il faudra attendre et voir comment Gabriel Jean-Pierre et Iska vont traiter avec le nouveau chef de Boston. « Le peuple de Cité Soleil a beaucoup souffert pendant trop longtemps. Avec des initiatives comme Bibliyotèk Site Solèy et le Centre communautaire altenatif lapè (Sakala), des résidents de la Cité essaient d’améliorer leurs conditions d’existence. Ils méritent le support de tous et pas une nouvelle guerre politique », a appelé  Michael Deibert.

« Tous les groupes à la Cité veulent la paix. Il y a des gens qui voudraient avoir la paix. La Cité n’a jamais été lòk. Dans la zone du Wharf de Jérémie, dans la zone de Micanor, les écoles ont toujours fonctionné », a confié au journal le porte-parole de la CNDDR, Jean-Rebel Dorcénat. Ce dernier a refusé de commenter l’assassinat de Ti Ougan qui avait remis 8 armes à la commission il y a quelques mois. « Je n’ai pas vu de corps, je ne peux pas commenter », a-t-il répondu, soulignant que tout est politique au sein de la Cité.   La justice et la police doivent faire leur travail, a insisté Jean-Rebel Dorcénat. 

En fin de soirée, le journal a obtenu des photos d'une insoutenable cruauté. L'un des gardes du corps de Ti Ougan a été décapité. Autour de sa tête posée sur le sol, des bouteilles de rhum ont été déposées. Le cadavre de Ti Ougan gisait sur le sol.

Entre-temps, Cité Soleil, qui a joui d’une paix fragile, n’a pas définitivement tourné la page des épisodes cycliques de violence tant que les intrigues, les jeux de pouvoir, les sollicitations de chefs de gangs pour des raisons politiques se poursuivront. Des lieutenants continueront de se rêver généraux, conscients que la trahison sera indispensable à leur marche vers plus de pouvoir sur des territoires et des populations abandonnées par l’État....

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".