AVD/ mise en œuvre ODD

Réflexion autour de l’accès des jeunes à l’enseignement supérieur et à l'emploi

Un colloque universitaire sur la thématique « Jeunesse, université et emploi » s’est tenu ce mardi 26 novembre à l’hôtel Montana, sous les auspices des Volontaires pour la démocratie (AVD) dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), financé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Au cours de ce colloque, les intervenants et une cinquantaine de jeunes ont posé la problématique de la jeunesse, de l’université et de l’emploi en Haïti.

Publié le 2019-11-26 | Le Nouvelliste

« Parmi les bacheliers, seulement 20% sont inscrits dans un établissement public en Haïti. D’un autre côté, 85% personnes détentrices d’un diplôme universitaire quittent le pays pour aller vivre et travailler à l’étranger », a affirmé Dr Edelin Mangnan, un des panélistes, abordant le sujet relatif à la formation supérieure et l’employabilité des jeunes. L’intervenant a fait le point sur le problème d’accès des jeunes à l’enseignement supérieur et aux emplois. « L’indice de l’emploi pour l’exercice 2018-2019 se chiffre à -1,2% selon l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI) », a-t-il souligné.

Dr Édelin Mangnan a profité de son intervention pour attirer l’attention sur les difficultés de la Direction de l’enseignement supérieur et de la recherche (DERS), une structure du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) qui n’est pas dotée suffisamment de moyens pour remplir sa mission. Il a aussi invité l’assistance, composée essentiellement de jeunes universitaires, à lire un ouvrage traitant des conditions de vie des étudiants.

De son côté, l’économiste Melinda Jean-Baptiste a abordé dans sa présentation la question d’orientation professionnelle. Selon Mme Jean-Baptiste c’est une question à aborder dès les premières années scolaires. Elle a conseillé aux jeunes d’élargir leurs réseaux de relations afin d'augmenter leur chance d’intégrer le marché du travail. « Ce n’est pas une mauvaise chose de dire qu’il faut des parrains et des marraines pour travailler en Haïti. C’est le favoritisme qui est mauvais. Il faut dire que 80% des emplois passent par le marché caché », a-t-elle soutenu.

À propos des ODD, l’économiste Mélinda Jean-Baptiste a fait remarquer aux jeunes que l’objectif 8 a rapport aux emplois, en mettant l’accent sur le travail décent et la croissance économique. Elle a aussi conseillé aux jeunes de faire une meilleure utilisation de Internet qui est un excellent outil de recherche.

Pour sa part, le professeur Auguste D’Méza a fait état de l’exclusion des jeunes dans le pays. Il a critiqué les autorités qui refusent de mettre en application la politique nationale de jeunesse dont le document est encore disponible au ministère de la Jeunesse et des Sports. « C’est un document intéressant qui a été élaboré en cinq ans de 2006 à 2011 », a-t-il avancé.

En ce qui concerne l’emploi, le professeur a suggéré aux jeunes de se lancer dans l’entrepreneuriat. « N’attendez pas un boulot de l’État. Il faut essayer d’innover », a conseillé le professeur aux étudiants, soulignant qu’un rapport de l’Office de management et des ressources humaines (OMRH) en 2018 a révélé qu’il existe environ 10 000 personnes travaillant ayant dépassé l’âge de la retraite qui exercent encore dans la fonction publique. Le professeur a identifié les municipalités comme grands pourvoyeurs d’emplois.

Un autre panel composé des économistes Etzer Émile et Rock André et de l’entrepreneure Daniella Jacques intervenait au cours de ce colloque.  Le premier, Etzer Emile, a souligné quelques fausses perceptions sur la pauvreté ayant rapport à la taille de la population, au relief d’un pays, entre autres…  « Pour résoudre le problème de la pauvreté, les gens doivent avoir accès à un revenu et aux services de base », a ajouté l’économiste M. Émile.  Il a critiqué la façon dont les différents gouvernements successifs dans le pays abordent les problèmes sociaux, dont celui relatif à l’insécurité alimentaire. « Pour lutter contre la faim, les gouvernements offrent, à travers leurs programmes d’assistance sociale, des plats chauds aux personnes vulnérables. En agissant ainsi, ils agissent sur les effets de l’insécurité alimentaire et non sur la racine du problème », a-t-il dénoncé.

Quant à l’économiste Rock André, il a soutenu qu’il est impossible d’atteindre les ODD en laissant de côté l’entrepreneuriat. « Le rôle de l’entrepreneuriat est fondamentale. Ce sont les entrepreneurs qui créent de la richesse », a souligné le patron du Centre d’entrepreneurship et de leadership en Haïti (CEDEL Haïti).  Plus loin, il a montré que le pays n’est pas sur la bonne voie pour atteindre les ODD. « On revit les mêmes scenarii lors des années 2000, la période où les autorités avaient pris l’engagement concernant les Objectifs de développement du millénaire (ODM) : instabilité politique, budget reconduit, entre autres », a souligné l’économiste.

Pour sa part, Daniella Jacques a attiré l’attention des étudiantes de la salle sur le phénomène de féminisation de la pauvreté. Elle a annoncé une nouvelle initiative prise par la Chambre de commerce des femmes entrepreneures haïtiennes en vue de créer un fonds d’investissement au profit des femmes entrepreneures l’année prochaine. « Nous voulons créer une nouvelle classe de femmes riches dans tout le pays. Nous allons financer la production et non les activités de commerce (achats et ventes) », a-t-elle renchéri, précisant qu’il faut des projets innovants. En ce sens, elle a invité les jeunes étudiantes à soumettre des projets.   

Le premier colloque de l'AVD a été une occasion pour les responsables de ladite association de conseiller aux jeunes de prendre en main leur destin en absence de politiques publiques. « Cette responsabilité doit vous imposer des choix responsables. Le choix d'être performants dans vos études, de se protéger de se révolter face à l'inacceptable, à la corruption et à l'injustice », a déclaré le président de l’AVD, Carlin Michel, soulignant que l'heure n'est peut-être pas à savoir si les universitaires, l'élite intellectuelle de ce pays ont tout fait pour une autre société mais plutôt  aux questionnements qui découleront des prises de conscience mais surtout des responsabilités.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".