Parcours du festival Quatre Chemins

Guy Régis Jr : « J’ai toujours pensé que l’art doit être démocratique »

Le festival Quatre Chemins a seize ans d’existence. De 2003 à 2019, c’est un parcours jonché de durs labeurs, de créations, d’un savoir-faire mis au service d’une fin et d’un art en particulier: le théâtre. Guy Régis Jr, directeur artistique qui tient les rênes de ce festival depuis maintenant six ans, partage le même score que l’une des pionnières de 4C: Michèle Lemoine. Invitée d’honneur pour la 16e édition de cette grande manifestation culturelle et artistique à Port-au- Prince, Michèle Lemoine est, selon monsieur Régis Jr, « vraiment une artiste qui a œuvré énormément pour la survie de 4C. »

Publié le 2019-12-03 | Le Nouvelliste

Comment restituer le trajet historique, politique et artistique de 4C ?

Pour Guy Régis Jr qui a rejoint en 2016 cette association œuvrant dans la culture en Haïti, on se rend compte aujourd’hui comment c’est vital la mission du festival 4C quand on dénombre tous les problèmes sociaux dans lesquels survit le pays depuis bien des lustres. « Je me souviens des premières éditions de 4C. La toute première c’était en 2003. J’étais jeune et j’avais une jeune troupe créée en 2001 : Nous Compagnie de théâtre. J’étais déjà comédien et metteur en scène. »

Chaleureux et plein de souvenirs, monsieur Régis Jr se remémore, malgré lui, des troubles sociopolitiques de l’époque où il y avait une situation qui faisait du foin de tous les diables. « En 2003 et en 2004, il y avait des manifestations politiques pour le devenir d’Haïti. Les gens avaient des revendications, ils gagnaient les rues pour réclamer le départ de Jean-Bertrand Aristide et nous autres dans la culture on faisait déjà des théâtres de rue. »

« Aujourd’hui pour moi, poursuit le directeur artistique de 4C, tout ce parcours du festival est très important. En 2005, face à l’opération Bagdad et les kidnappings qui devenaient de plus en plus fréquents dans les rues de Port-au-Prince, Quatre Chemins a toujours su résister. Durant la période des élections de 2010, les mandataires qui organisaient le festival l’ont carrément fait dans des chambres d’hôtels parce que c’était très compliqué de sortir. »

Quatre Chemins a su résister pour mieux exister. Seize ans après, il a fallu avoir un parcours où les organisateurs franchissent à chaque fois des obstacles. « C’est un festival qui a su résister à des troubles politiques, et ce n’est pas la première fois.

Entre engagement pour que 4C survive et des réalisations originales qui attirent toujours une foule de personnes, monsieur Régis Jr dit avoir profité du combat des initiateurs de ce festival pour suivre la mission : « Maintenant, on peut mettre le festival face à ses moments durs. Il peut être un véritable «poto mitan » érigé contre les situations obscures que traversent le pays puisqu’on s’est construit ainsi.»

L’initiative créatrice du festival Quatre Chemins a été prise par le fondateur du Petit Conservatoire et comédien qui se passe de présentation, Daniel Marcelin. Tout de suite, il y a eu l’implication d’une compagnie belge qui s’appelle « La Charge du Rhinocéros ». Les Belges et une équipe haïtienne organisaient le festival qui draine, aujourd’hui, des professionnels du théâtre un peu partout dans le monde pour les amener en Haïti. « Ensuite, quand Michèle Lemoine est arrivée à la FOKAL, les Belges sont venus moins et c’est Michèle qui a pris la direction du festival pendant six ans », se souvient encore Guy Régis Jr, qui a, lui également, atteint les six ans de l’invitée d’honneur de cette année.

Du côté artistique, pendant les dix premières années du festival il y avait une pépinière de jeunes artistes. « Le festival, c’était vraiment le lieu où les jeunes créateurs et les jeunes compagnies évoluaient, affirme Guy Régis Jr. On poussait les jeunes à faire du théâtre, à recevoir des formations et ils étaient accompagnés par des metteurs en scène étrangers pour faire les spectacles. D’où le travail très important de Michèle Lemoine à cette période. »

Avant, quand les gens parlaient de théâtre en Haïti, ce n’était pas aussi régulier et il n’y avait pas un vrai milieu professionnel. Dès la naissance de 4C, des hommes et des femmes de théâtre se partagent un terrain de rencontre. Dans leur politique générale, les organisateurs de ce festival ont pris en compte la pépinière de jeunes artistes qui ont à leur tour évolué. « Je veux que Quatre Chemins soit une tribune où on voit la création de théâtre en Haïti. Les artistes sont obligés de créer pendant toute l’année. D’où la prolifération de beaucoup d’autres manifestations, tels que : le festival En lisant et le festival Handicap », rappelle Guy Régis Jr qui affirme avoir tracé la voie.

En 2013, après un long séjour de cinq ans en France, Guy Régis Jr a dirigé l’École nationale des Arts (ENARTS) pendant deux ans au moment où Quatre Chemins atteignait ses dix années. « Il y avait très peu de spectacles, et pour moi ce n’était pas un festival, mais plutôt une réunion où les troupes se retrouvaient. J’ai proposé qu’on ouvre le champ et qu’on fasse des activités en amont, car j’ai toujours pensé que l’art doit être démocratique. On peut faire un festival élitaire, mais pas élitiste en Haïti avec un public si curieux et qui mérite qu’on s’occupe de lui. Moi, j’ai voulu faire un festival à la hauteur de la ville de Port-au-Prince. C’est pour moi l’une des plus belles villes du monde un peu cassée par les humains », souligne le directeur artistique de 4C.

Cela fait trois ans depuis que 4C organise des activités en amont du festival. Cette année, du 4 au 20 novembre 2019, des espaces de l’IFH et de la FOKAL ont été investis dans le cadre de ces activités. En ayant seize ans aujourd’hui, le festival Quatre Chemins qui ne perçoit aucune subvention de l’État cette année a su rester debout contre vents et marées.

Les organisateurs de la 16e édition de 4C continuent de jouer un très grand rôle en Haïti et donnent rendez-vous au public du 25 novembre au 7 décembre 2019 autour de « Tous les hommes sont fous. »

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".