Des Petrochallengers s’épanchent…

Publié le 2019-11-11 | lenouvelliste.com

Dimanche 10 novembre, 24 heures après l’accord de cinq entités de l’opposition pour remplacer le président Jovenel Moïse par un juge de la Cour de cassation, Gilbert Mirambeau, petrochallenger qui avait lancé l’ashtag «#Kotkobpetrocaribea » a confié au journal que  « c’est à travers un consensus que l’on doit choisir les dirigeants de la transition pour trouver un dénouement à la crise ». «  L’exercice fait à Marriott ce week-end montre que ce sont des Haïtiens qui cherchent une solution pour des Haïtiens », a-t-il observé.

« Par contre, est-ce que le juge de la Cour de cassation et le Premier ministre peuvent répondre aux batailles contre la corruption et l’impunité, pour la justice sociale en Haïti ? C’est ma préoccupation et même mon inquiétude », a confié Gilbert Mirambeau. « Les gens qui doivent mener la transition de rupture doivent répondre aux critères de rupture pour un changement profond du système d’apartheid », a appelé Gilbert Mirambeau.  

« Je suis membre de Nou pap dòmi et nous avons publié en juillet les exigences d’un pouvoir de transition qui est un outil qui peut aider à trouver de bons critères en vue de trouver des personnalités qui peuvent démontrer que nous prenons effectivement le chemin de la rupture », a-t-il dit, soulignant que « si quelqu’un a un dossier de corruption qui pèse sur lui, la société doit le combattre avec la même fermeté que nous nous battons depuis une année pour que la justice règne dans  ce pays ».

L’actrice Gessica Généus a fait un tweet qui a suscité beaucoup de réactions. « Est-ce que cela n’est pas de nature à rendre fou que de voir des gens qui vous ont mis dans cette situation proposent de vous en retirer ? C’est comme si vous avez reçu une balle et qu’arrivé à l’hôpital vous voyez que le docteur est le bandit qui vous a tiré dessus. Dans quoi se retrouve-t-on ? s’est interrogée l’actrice.

« C’est grave que les gens laissent vides les espaces, critiquent que ceux qui les remplissent prennent des décisions », a commenté Roxane Ledan.

Il y a plus d’un an, un ashtag, une colère et un besoin de reddition de comptes avaient provoqué le mouvement Petrochallenger. La pression sur les réseaux sociaux et la manif dans la rue avaient fait bouger des lignes et poussé la Cour des comptes à enquêter sur l’utilisation du fonds PetroCaribe après deux rapports des commissions sénatoriales Beauplan et Latortue. Deux rapports de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif ont éclaboussé d’anciens hauts responsables de plusieurs administrations et le président de la République, Jovenel Moïse, l’entrepreneur…



Réagir à cet article