Joseph Jouthe veut avoir un « budget intérimaire »

Publié le 2019-10-23 | lenouvelliste.com

Après avoir fait état de sa capacité à convaincre les bailleurs internationaux au profit du pays, le ministre par intérim de l’Économie et des Finances, Joseph Jouthe, laisse croire qu’il est important de doter le gouvernement démissionnaire d’un nouveau budget pour l'exercice fiscal en cours. Dans une interview accordée récemment à radio Métropole, le titulaire de l’Économie et des Fiances (MEF), Joseph Joutte, a affirmé qu’il est à deux doigts de terminer l’élaboration du document budgétaire.  

« Nous élaborons actuellement un document que nous, au ministère de l’Économie et des Finances, appelons budget intérimaire qui reflétera exactement les dépenses et les recettes de l’État. Il s’agit d’une démarche qui s’inscrit dans le cadre des engagements pris avec les partenaires internationaux et la banque centrale », a expliqué Joseph Jouthe, soulignant qu’il va signer avec les responsables de la Banque de la République d’Haïti (BRH) un pacte en vue de limiter les dégâts et de poursuivre la voie de la bonne gouvernance.       

Quoique le gouvernement actuel soit démissionnaire après un vote de censure au Parlement, le ministre a.i Joseph Jouthe se montre optimiste quant à la possibilité de soumettre son nouveau projet de loi de finances à l’appréciation des députés et des sénateurs. « Il est encore tôt, les députés ne sont pas encore partis définitivement, ces derniers vont arriver au terme de leur mandat le  deuxième lundi du mois de janvier 2020. Nous allons mettre les bouchées doubles afin de terminer l’élaboration du document et il reviendra au président du pays de les convoquer à l’extraordinaire pour le vote du projet de loi de finances », a renchéri Joseph Jouthe.     

Le décret du 16 février 2005 sur la préparation et l’exécution des lois de finances retient la date du 30 juin pour effectuer le dépôt du projet de loi de finances. Ce gouvernement démissionnaire suite à un vote de censure à la Chambre des députés le 18 mars dernier n’a pas encore son entrée dans les Chambres législatives et de fait n’est pas habilité à soumettre aucun projet de loi au Parlement. Quand ce gouvernement pouvait encore doter le pays d’un budget, il ne s'était pas donné pas la peine de corriger le projet de loi de finances 2018-2019 que lui avait retourné par la Chambre basse.

À deux reprises, le gouvernement a reconduit le budget 2017-2018 qui avait fait l’objet de contestations à travers les rues et d’un avis défavorable de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA). Dès son dépôt au Parlement, ce budget avait été passé au peigne fin  par des économistes et des spécialistes qui mettaient à nu ses défauts et ses faiblesses. Les émeutes des 6 et 7 juillet 2018 venaient un peu plus tard démasquer ce budget qui ne tenait pas compte de la réalité. Le ministre de l’Économie et des Finances par intérim, Joseph Jouthe, se dit conscient des problèmes causés par la  reconduction du budget.  C’est ce qui explique, selon ses dires, sa volonté de vouloir doter le pays d’un document budgétaire.     



Réagir à cet article