« Lave men nou », une campagne pour réduire les cas de décès liés aux mauvaises pratiques d’hygiène

PUBLIÉ 2019-10-16


Le 15 octobre 2019 a ramené la journée mondiale du Lavage des mains. Celle-ci est célébrée à cette date tous les ans, depuis 2008. À cette occasion, faisons un clin d’oeil à la campagne “Lave men nou” mise en œuvre par la Fondation panaméricaine de développement (PADF) ainsi que ses partenaires à travers le Programme de planification urbaine pour le renforcement de la résilience aux désastres (UPGRADE) financé par l’USAID/OFDA.

"Lave men nou chak lè nou fin jwe. Lave men nou avan nou manje. Lave men nou lè n fin fè bezwen nou", ainsi sont agencés les premiers vers de la pub audiovisuelle réalisée dans le cadre de la campagne baptisée “Lave men nou”. Né de la plume de l’artiste Roosevelt Saillant dit BIC, le texte fait écho à l’objectif poursuivi par le Programme de planification urbaine pour le renforcement de la résilience aux désastres (UPGRADE) en lançant cette campagne. À savoir : réduire le nombre de cas de personnes infectées par les maladies liées aux mauvaises pratiques d’hygiène en préconisant le lavage des mains comme mode de vie.

Implémentée à Ouanaminthe et à Port-au-Prince (particulièrement à Martissant), cette campagne lancée depuis 2018 a été intensifiée au cours de la période supposée être celle de la rentrée des classes. À la question autour du bien-fondé d’une telle initiative, l'équipe de communication de la PADF nous a indiqué que la prévalence de maladies comme la diarrhée, la typhoïde et la pneumonie chez les enfants de moins de 5 ans dans certaines localités leur a servi d’indicateur. "Plusieurs études effectuées sur les avantages du lavage des mains et sur l’efficacité des différents éléments impliqués dans cette opération révèlent que cette opération réduirait les cas de mortalité liée à ces maladies. Dans les deux zones d’intervention du projet UPGRADE (Martissant et Ouanaminthe), la prévalence de ces maladies, selon le ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP), démontre que plusieurs enfants sont infectés, en particulier à Martissant", précise-t-elle.

Autour du choix de BIC qui non seulement a écrit le texte mais a également prêté sa voix et son image à la pub, la PADF souligne travailler de concert avec des membres de la population qu’elle dessert et qui, de fait, a plébiscité BIC qui a rapidement assimilé les objectifs poursuivis.

Le public cible de la campagne "Lave men nou" comprend des enfants de 10 à 12 ans, les personnes âgées et les femmes, étant généralement les plus vulnérables. Ces enfants constituent le public cible sur tout le territoire national, particulièrement dans les deux zones d’intervention du projet. De ce fait, les écoles sont l’un des endroits ou des activités sont réalisées. L'école municipale de Portail-Léogâne où la publicité a été tournée fait partie des 20 écoles dont les infrastructures hydrauliques et sanitaires avaient été réhabilitées à Port-au-Prince comme à Ouanaminthe dans le cadre de ce projet.

Outre la distribution de cette pub dans les médias, la campagne “Lave men nou” orchestre d’autres activités comme des séances de sensibilisation sur des places publiques et via les médias et réseaux sociaux ou encore au niveau des Clubs de Santé Scolaire suivant le programme “Ecoles Amies de l’Hygiène/ Ecoles Promotrices de la Santé” du MENFP. La formation de Formateurs, des Leaders Communautaires sur l’importance du lavage des mains avec en support des flyers, des dépliants, des posters, une bande dessinée, des affiches murales et autres ont été adoptés comme canaux de sensibilisation du public pour la promotion de l’hygiène en vue d’un changement de comportement.



Réagir à cet article