Une flambée des prix des produits alimentaires

Dans les différents marchés du pays, les produits de première nécessité se font de plus en plus rares. Ce qui entraîne une hausse vertigineuse des prix de ces produits. Peu d’efforts sont consentis de la part des autorités responsables pour agir sur cette situation qui a un impact non négligeable sur la qualité de vie des plus pauvres. Dans certaines régions d'Haïti dans le département du Sud par exemple, il faut plus de deux mille gourdes pour se procurer un sac de riz américain de 25 kilogrammes. Le coût du panier alimentaire est donc en train d’exploser.

Publié le 2019-10-09 | lenouvelliste.com

Le panier alimentaire haïtien se compose, selon la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), de six produits à savoir : le riz, la farine de blé, le maïs, le haricot, le sucre et l’huile végétale. Sur le marché local, le prix de tous ces produits augmente. Au cours des deux derniers mois, sur le marché informel, l’on parle d’une augmentation de plus 25% de certains produits. Le kilo des haricot se vend entre 100 et 125 gourdes tandis qu’il était à 70 gourdes au début du mois d’août.

Ce constat est valable pour tous les autres produits du panier alimentaire. Le pouvoir d’achat de la population diminue. En attendant le prochain rapport de la CNSA, il y a lieu d’anticiper une augmentation de la proportion des Haïtiens en situation d’insécurité alimentaire. Considérant que le panier alimentaire est composé majoritairement des produits importés, il faut croire que la population rurale sera la plus affectée.

Ce qui est d’ailleurs vérifié dans plusieurs grandes villes du pays. Au niveau des chefs-lieux des départements du Sud et de la Grand’Anse, la cherté de la vie se fait sentir plus que jamais. L’on commence à parler de crise alimentaire dans ces divisions géographiques du pays. La situation n’est pas différente dans les autres communes de ces deux départements. Des sources dignes de confiance avancent que le sac de riz de 25 kilos se vend à 2 400 gourdes, le kilo de haricots à plus de 110 gourdes, le gallon d’huile à plus de cinq cents gourdes.

En début d’année, on a estimé le nombre d’Haïtiens vivant en milieu rural en situation d’insécurité alimentaire aiguë à plus de 2.58 millions. Au cours du mois de juin 2019, selon les données de la CNSA, le coût nominal moyen du panier alimentaire se situe autour de 1 730 gourdes par personne, soit 8 650 gourdes pour une famille de 5 personnes. Le panier a augmenté d’environ 5% en rythme mensuel et de 34 % en rythme annuel. Compte tenu de la situation de crise où il y eu de communication entre les différentes régions du pays, le climat d’insécurité qui règne à la sortie sud de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, l’augmentation et la rareté de carburant, le  coût du panier dépasse largement les prévisions.

Pour la première moitié de l’année, le coût du panier alimentaire a augmenté d’environ 25% contre 10% pour l’ensemble de l’année 2018. Et l’on est à plus de deux mois de la fin de l’année. Rien n’indique que la situation va s’améliorer dans les prochains jours. L’opposition et le pouvoir sont sur la corde raide. Un combat que ces derniers prétendent livrer au nom du peuple haïtien. Entre-temps, la satisfaction des besoins de base de la population passe au second plan.  



Réagir à cet article