Le Core Group multiplie les rencontres avec les acteurs sur la crise

En vue de trouver une issue à la crise politique, les diplomates au sein du Core Group continuent de rencontrer les forces politiques haïtiennes selon une logique, une hiérarchie et un agenda inconnus du public et de la presse.

Publié le 2019-10-02 | lenouvelliste.com

Après avoir rencontré lundi  les sénateurs Joseph Lambert, Youri Latortue de AAA, Edmonde Supplice Beauzile de la Fusion, Edgard Leblanc de l’OPL et Evans Paul de KID, les membres du Core Group ont rencontré ce mercredi Eric Jean Baptiste du RDNP, Liné Balthazard du PHTK, le parti au pouvoir, Clarens Renois de INIR-Haïti et Jean Gué de la plateforme VERITE. Le Core Group a aussi rencontré mercredi  l’homme d’affaires Dimitri Vorbe.

« Les plus influents ambassadeurs accrédités en Haïti ont pris part à cette rencontre, mais tout ce qui a été dit doit rester confidentiel, c’est ce qu’on a promis », a fait savoir au Nouvelliste l’un des participants à l’issue de la rencontre.

Le président du PTHK, Liné Balthazard, a confirmé au Nouvelliste sa participation à cette rencontre et la présence de Eric Jean Baptiste, Edmonde Supplice Beauzile, Jean Gué tout en refusant de donner des détails sur les points abordés avec les représentants de la communauté internationale.

Cependant, lors de la rencontre de lundi dernier, le Core Group avait encouragé les acteurs politiques à prendre le chemin du dialogue avec le président de la République au lieu d’exiger sa démission.

« Le discours de l’international, de juillet 2018 à nos jours, n’a pas évolué. L’international croit que quelle que soit la solution, elle doit passer par le dialogue », a confié au journal l’ex-sénatrice Edmonde Supplice Beauzile, actuelle présidente de la Fusion des sociaux-démocrates  à l'issue de la réunion avec les ambassadeurs regroupés dans le groupe des pays amis d’Haïti, lundi 30 septembre 2019.

L’opposition politique a déjà rejeté toute possibilité de dialoguer avec le chef de l’Etat. La dernière tentative en date de Jovenel Moïse demandant à l’organisation Religions pour la paix de jouer le rôle de médiateur dans la crise s’est soldée par un échec et la plateforme interreligieuse s’est retirée du processus.

Pour montrer que le dossier de dialogue est une page tournée, l’opposition a mis sur pied mardi la Commission de facilitation de passation de pouvoir proposée par les signataires de l’Alternative consensuelle. Elle est composée de 9 membres. Cette nouvelle structure est chargée de conduire les discussions devant aboutir à la passation des pouvoirs au gouvernement de transition.   

Parmi les membres de la Commission de facilitation de passation de pouvoir  il y a  Me  Gervais Charles, Himmler Rébu, Hugues Célestin, Antoine Augustin, Michel Legros, Jean André Victor et Gary Victor.

Selon l’opposition, pour faciliter « un départ ordonné et immédiat du chef de l’Etat », la Commission de facilitation de passation de pouvoir peut toujours rencontrer Jovenel Moïse pour discuter de sa démission.

Le Core Group a voulu aussi rencontrer mercredi les membres du secteur privé des affaires en Haïti. Sur cinq personnes dans le monde des affaires invitées, seul Dimitri Vorbe a répondu présent. « Tous les ambassadeurs du Core Group étaient là. Ils voulaient avoir la compréhension du secteur privé sur la crise. Les membres du Core Group ont fait savoir qu’ils n’ont aucune partie. Ils veulent juste aider à trouver une solution à la crise », a rapporté au Nouvelliste le patron de la SOGENER.

Selon Dimitri Vorbe, les membres du Core Group ont exprimé leurs inquiétudes face à la situation actuelle du pays. Ils souhaitent discuter avec les différents acteurs afin de trouver une solution à la crise, a ajouté M. Vorbe. « Je leur ai dit que très souvent ils rencontrent les mêmes personnes. Ils faut aussi consulter la jeunesse qui exige des redditions de comptes, les PetroChallengers, les influenceurs sur les réseaux sociaux qui veulent un changement pour le pays, les jeunes dans le secteur privé, les paysans… », a-t-il dit.

Dimitri Vorbe a rapporté que le Core Group a déjà rencontré pas mal de secteurs et compte continuer avec les rencontres en vue d’aider à trouver une solution à la crise.



Réagir à cet article