Pénurie d’essence

Le gouvernement appelle au calme et annonce la distribution immédiate de l’essence

Publié le 2019-09-02 | lenouvelliste.com

Barricades de pneus enflammés, jets de pierres, manifestations spontanées… Port-au-Prince et des villes de province ont connu ce lundi 2 septembre une situation de tension à la suite de la pénurie de carburant qui paralyse le transport et les activités économiques dans le pays. Le gouvernement démissionnaire lance un appel au calme et annonce que les convois transportant de l’essence seront sécurisés pour permettre l’approvisionnement rapide des stations-service.

La plupart des axes routiers de la capitale sont bloqués ; des gens en colère brisent les vitres des véhicules qui tentent de traverser les barricades. Des mouvements de protestation contre la rareté d’essence sont organisés. « Le gouvernement veut augmenter le prix de l’essence, c’est pourquoi il invente cette pénurie », ont dénoncé les protestataires.

« Comment va-t-on faire cette année pour envoyer nos enfants à l’école ? Sans carburant, il n’y a pas d’activité économique », se plaignent des chauffeurs de taxi-moto qui participent eux aussi dans les mouvements de protestation.

À moins d’une semaine de la rentrée des classes, la pénurie de carburant qui sévit dans le pays depuis deux semaines paralyse les activités économiques et prend des proportions de plus en plus importantes. 

Le secrétaire d’Etat à la Communication, Eddy Jackson Alexis, a fait savoir qu’une cargaison de plus de 258 000 barils de produits pétroliers est déjà arrivée au pays. M. Alexis a appelé la population au calme et a demandé aux protestataires de libérer les voies d’accès. « Le carburant est disponible dans le pays. Pour le distribuer dans les pompes à essence, il faut qu’on puisse le transporter », a-t-il avancé.

Alexis a souligné que ce retard enregistré dans la livraison de cette cargaison d’essence est dû au passage de l’ouragan Dorian dans la région. « Les produits pétroliers sont arrivés au pays et des dispositions ont été prises pour sécuriser les convois afin de les acheminer rapidement vers les pompes à essence », a-t-il annoncé.

Selon lui, un couloir de sécurité est actuellement constitué afin d’alimenter les stations-service à travers tout le pays. « Il n’y a pas problème de carburant dans le pays », a-t-il affirmé. Cependant le constat des journalistes diffère des dires du secrétaire d'État. Actuellement, les rares pompes à essence fonctionnelles ne distribuent que du diesel.

Il faut souligner que ces 258 000 barils de produits pétroliers arrivés au pays ne représentent que 15 jours de consommation. Eddy Jackson Alexis, dans cette interview au Nouvelliste, a tenté de rassurer que les dispositions ont été prises pour éviter d’éventuelles pénuries d’essence sur le marché local.

Le gouvernement, qui fait face à un problème de trésorerie, se trouve depuis plusieurs mois dans l’incapacité de verser à temps aux importateurs de produits pétroliers les subventions de l’Etat sur l’essence. « Nous avons épongé une partie de la dette envers les compagnies de l’APP. Ce qui leur permettra de placer de nouvelles commandes pour anticiper toute rareté… », a informé Eddy Jackson Alexis.

Alors que les prix de l’essence ont subi une hausse significative un peu partout à travers le pays dans l’informel, le secrétaire de l’État à la Communication a indiqué au Nouvelliste qu’il n’y a aucune augmentation sur les prix des produits pétroliers dans le pays.



Réagir à cet article