La doctorante Fania Ogé rafle le prix du concours « Ma thèse en 180 secondes » en Haïti

Coup de cœur du jury, la doctorante Fania Ogé a gagné la première place de la premiere édition du concours « Ma thèse en 180 secondes » organisé en Haïti par l’Agence universitaire francophone (AUF) et l’ambassade de France en Haïti. Ce concours est organisé non seulement pour encourager la production scientifique, mais aussi et surtout pour faciliter un exercice de médiation scientifique des chercheurs haïtiens par rapport à la société.

Publié le 2019-08-30 | Le Nouvelliste

L’un après l’autre, les candidats ont défilé pour présenter l’ensemble de leurs recherches scientifiques au bout de 3 minutes devant un jury composé de «  Saulo Neiva, directeur régional de l’AUF, Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste, Ibrahim Chitou, expert technique international de l’ambassade de France en Haïti, Evens Emmanuel, vice-recteur à la recherche et à l’innovation de l’UNIQ, Suzie Castor, professeure et chercheure à l’UEH » et un public avisé composé d’étudiants, de professeurs à l’université et d’autres acteurs de la communauté universitaire.

« Mise en œuvre d’une démarche de gestion prévisionnelle des ressources humaines dans les universités publiques haïtiennes : Analyse sous l’angle des acteurs » est la thèse que la doctorante Fania Ogé, qui a étudié à l’Institut des sciences, des technologies et des études avancées en Haïti, est parvenue à présenter en moins de 180 secondes devant un jury et une assistance composée de personnalités de la communauté universitaire.

Sur les autres concurrents, la deuxième et la troisième places ont été décrochées par celle qui a étudié à l’université Notre-Dame d’Haïti (UNDH), Sofia Guillaume (qui a eu le coup de cœur du public) a présenté sa recherche sur le thème suivant : « Trouvailles électroencéphalographiques chez les patients de 8 mois à 17 ans »,  et Gaston Jean, de l’Université Quisqueya, qui a travaillé sur : « Condition pour la mise en place durable d’une filière d’assainissement par toilettes sèches à litière biométrisée dans les zones rurales des pays en développement : Application au contexte haïtien ».

Émue, la lauréate du concours, Fania Ogé, qui rêve d’une transformation de l’Université en Haïti,  salue la réalisation du concours qu’elle croit être un exercice dont le pays a besoin, car, dit-elle, en Haïti on doit commencer à faire de l’économie du savoir, étant  le point fort de toutes les grandes nations.

Par la qualité de leur rhétorique, l'éloquence, l'intelligibilité du projet, l'originalité de la présentation, les postulants devaient capter l’attention du jury et du public.  Il s’agissait, pour les organisateurs,  d’un exercice de médiation scientifique,  où les chercheurs devaient  montrer la dynamique de la recherche dans les universités haïtiennes et renforcer le dialogue entre sciences et société.

 « C’est très important de donner de la visibilité à ce que font les universités. Parmi les tâches de l’université, il y a la recherche, c’est-à-dire la production de savoir, de la connaissance. Faire de la recherche à l’université haïtienne est très difficile. C’est très important de permettre à ces jeunes  chercheurs qui sont l’avenir de la science en Haïti de présenter de manière claire et passionnante tout ce qu’ils font, et d’attirer l’attention sur l’intérêt de leur travail…», souligne Saulo Neiva, directeur de l’AUF, encourageant la production et la vulgarisation de la recherche science en Haïti.  

Pour sa part, Laurent Bonneau, conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France, croit qu’il faut stimuler la recherche en Haïti. Pour lui, cette première édition vise à « créer du dialogue entre chercheurs et les décideurs dans l’intérêt de la société qui, elle, doit comprendre ce qu’est la recherche et ce que font ces jeunes chercheurs ». Observant que la recherche est très faible dans ce pays, le conseiller, en fin de mission en Haïti, fait un appel à l’investissement dans la recherche dans le pays.

Pour le concours, l’assistance a eu droit également à la présentation de Jean Judeson Joseph, de l'Institut des Sciences, des technologies et des études avancées d'Haiti, sur le thème : « Les enjeux sociaux pédagogiques préalables à l'intégration systémique d'un environnement virtuel d'apprentissage à l'enseignement du premier cycle universitaire en Haiti». Paul Yves Fausner, de l'UEH, travaille sur la thématique « Essai analytique de l’impact des politiques sociales sur les stratégies de lutte contre la pauvreté en Haïti ». En vidéoconférence, Mislord Dexai présente sa thèse sur « Les inégalités filles, garçons dans l’enseignement secondaire haïtien. Regards croisés dans l’enseignement des sciences et des lettres ». 

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".