1e edition

Concours national de danse konpa

Ayitidans, une association culturelle reconnue pour son travail de valorisation et de promotion des danses sociales, donne le ton cette année. Des couples de danseurs compétiteurs venus de plusieurs régions du pays : Sud, Nippes, Grand-Anse, Sud-Est, Ouest, Centre, Artibonite et le Grand Nord prendront part au premier concours national de danse konpa en Haïti. Le Nouvelliste a rencontré la présidente d’Ayitidans, Mme Gaëlle Cadignan-Jasmin. Cette professeure, chorégraphe, danseuse professionnelle est engagée corps et âme aux côtés de son mari, Cliford Jasmin, dans la promotion du konpa au niveau national et international.

Publié le 2019-08-06 | Le Nouvelliste

Le Nouvelliste (L.N.) : Pourquoi ce concours national de danse compas ?

Gaëlle Jasmin (G.J.) : La première édition du concours national de danse Konpa, «konpa Dance Challenge», en Haïti, vient saluer un trait culturel majeur de notre société ; à savoir, notre danse de bal ! C'est déjà le cas chez nos voisins dominicains et cubains, par exemple, vis-à-vis de leurs danses sociales respectives, la bachata et la salsa.

Un des principaux objectifs de ce concours est d'impulser une dynamique positive à l'échelle nationale, autour de la culture de danse et la musique de bal d'Haïti. Il s'agit aussi de rehausser l'intérêt de notre jeunesse pour sa propre culture dansante et favoriser, par la même occasion, son épanouissement identitaire via un trait culturel fort.

Cet évènement fera intervenir des danseurs venus des quatre coins du pays et se tiendra chaque année.

Il est vrai qu'il n'y a pas mieux qu'un concours et l'esprit de compétition pour impulser une nouvelle dynamique à la danse konpa !

L.N. : L’idée de l’association culturelle Ayitidans d’organiser Konpa Dance Challenge (KDC), un concours sur la chorégraphie du compas n’est pas neuve. Pendant longtemps, beaucoup de danseurs professionnels accrochés à nos traditions ont rêvé de ce moment. L’idée, enfin, va se matérialiser. Et ce sera une nouveauté dans le paysage des danses sociales.

G.J. : Tout à fait! Grâce à ce concours, la danse konpa prendra la place qui lui revient dans les plannings des écoles de danse, dans les pratiques dansantes, les shows de danse, les scènes, la télévision, les clips vidéos... En d'autres termes, elle gagnera ses «lettres de noblesse» au même titre que d'autres danses déjà très prisées telles que la salsa, le tango, la bachata...

L.N. : Comment la mise en place de cette machine qui veut propulser nos danseurs sur scène s’organise-t-elle ?

G.J. : Cette machine, comme vous le dites, a été mise en route, il y a maintenant plus de 2 ans. Ayitidans a d'abord mis en place le concept et a ensuite constitué un comité d'organisation (composé de spécialistes danseurs, marketing, organisateur d'évènement, informatique, réseaux sociaux) chargé de la mise en œuvre. Le projet a bénéficié du précieux soutien du ministère de la Culture et de la BNC, les deux institutions partenaires du KDC. Nous avons aussi engagé des partenariats avec des professionnels pouvant contribuer à la bonne réussite du projet tels que la boîte de production Dream Master, le groupe Le Nouvelliste, Dauphin S.A. pour les affichages, l'Université Quisqueya qui accueillera la formation des danseurs.

L.N. : Qui est derrière cette machine d’Ayitidans ?

G.J. : Au départ, les membres fondateurs, Aly Acacia, Cliford Jasmin et moi-même, ensuite rejoints par Claude-Bernard Célestin. Comme on le disait précédemment, nous nous sommes très vite entourés de partenaires qui sont une réelle valeur ajoutée.

L.N. : Combien de couples sont inscrits à ce concours ?

G.J. : On a eu plus d'une centaine de couples qui se sont inscrits à travers le pays. Nous en avons présélectionné 41 qui continueront la compétition à la télévision, en primeur sur Télé 20.

L.N. : Nous vous avons vu esquisser des pas avec votre partenaire de danse au MUPANAH sur des airs de compas au début de cette année. C’était pour mettre le compas à l’honneur. Dans ses pas, on retrouve des figures d’autres danses sociales. Nous voudrions avoir plus d’idées sur cette danse qui va se marier socialement avec cette musique de chez nous. Dessinez-nous des pas, tout comme on dit : 1- 2 chachacha. En faisant des figures dans cette géométrie de pas, des pas codifiés… qu’est-ce qu’on dit ?

G.J. : Nous proposons une version artistique de la danse konpa qui, tout en respectant les bases et les fondamentaux du konpa, puise notamment dans l'afro-haïtien pour s'enrichir sans se priver de mettre à profit quelques figures communes aux danses à deux. Le konpa artistique que nous prônons a pris soin de réintégrer des pas d'antan laissés aux oubliettes tels que le palasso, le balayage... mais aussi des pas issus du génie populaire du type gaye pay, laloz... Si le chachacha marque 2-3-chachacha, la rythmique pour le konpa est « et 1-et 2-et 3-et 4 » marquant ainsi le contretemps avant l'appui. Ce contretemps est caractéristique du konpa et le différencie du merengue dominicain.

L.N. : Pour prendre part à ce concours, les couples reçoivent d’emblée un séminaire d’Ayitidans. On leur apprend les figures. Entrons dans la danse.

G.J. : En effet, l'étape 2 du KDC est la formation des présélectionnés. Une formation intensive de 3 jours, en vue de leur donner un bagage technique et artistique qui garantira le niveau et la qualité du show.

L.N. : Le grand concours. L’étape finale. Allons-y.

G.J. : La finale nationale se tiendra au mois de décembre 2019 et consacrera le couple champion national de danse konpa 2019 et le couple vice-champion national qui seront bien récompensés en termes de primes, et acquerront une notoriété certaine.

L.N. : Ce concours est une belle aventure. Elle tient du rêve. À quoi rêvez-vous ?

G.J. : Nous rêvons de voir un jour le monde entier danser le konpa et débarquer en Haïti, pour venir à la source de cette culture. Des pas significatifs ont déjà été faits vers ce rêve : la danse konpa est enseignée dans certaines universités en Floride, elle gagne du terrain sur Internet, Ayitidans avait organisé le 1er Festival international de danse konpa en Haïti en 2016 et aujourd'hui de grandes villes annoncent leur 1er festival de danse konpa (Paris, Montréal), et ce n'est que le début.

Propos recueillis par Claude Bernard Sérant

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".