Philosophie politique / Francis Fukuyama

Le cheminement du courant néo-conservateur

Publié le 2019-09-09 | Le Nouvelliste

(2e et dernière partie)

Un livre d’une mince épaisseur [(92 pages) Grasset, 2006], donc un court récit, mais au bout de la lecture duquel est cerné le courant néo-conservateur aux États-Unis d’Amérique. Dans la 1ère partie « Les racines du néo-conservatisme », l’auteur fait remonter le lecteur, la lectrice aux origines de ce courant intellectuel fondé par Kristol, Bell et Blazer. On revisite les avancées de ce cheminement intellectuel depuis le City College en passant par la revue The Public Interest pour aboutir à l’apport de Leo Strauss et boucler le tour de piste avec Albert Wohlstetter.

Dans le même temps, l’on découvre une pensée universitaire foisonnante. L’on fait connaissance avec des disciples de Strauss : Harry Jaffa de Claremont et le défunt Allan Bloom. Le premier « en s’inspirant fortement des références de Jefferson au droit naturel dans la déclaration d’indépendance, associa le régime américain à la tradition classique de ce même droit naturel ». Surprise : ces disciples virent les États-Unis comme l’apothéose de la tradition philosophique issue de Platon et d’Aristote, assimilant du même coup les positions philosophiques de Strauss au nationalisme américain.

Bloom touchait un nerf à vif (la crise contemporaine à l’université) et identifiait un vrai problème : le relativisme culturel, « c’est-à-dire la croyance que la raison était incapable de s’élever au-dessus des horizons culturels hérités par un peuple (…) ».

Une autre idée, associée à Strauss et ses disciples, devenu importante pour la politique étrangère de l’administration Bush : celle de « régime ». L’influence du régime sur le caractère et les modes de vie d’un peuple. À vrai dire, relève aussitôt Francis Fukuyama, le caractère central du « régime » dans la vie politique ne vient d’ailleurs pas de Strauss, mais en dernière analyse d’une relecture de Platon et d’Aristote. Ces deux célèbres philosophes de l’Antiquité gréco-romaine s’étendent longuement sur la nature des régimes aristocratique, monarchique, tyrannique et démocratique, et leurs effets sur le caractère des populations qui leur sont soumises ».

Voilà un point qui nous interpelle, nous autres de la Caraïbe multiple. Cela nous invite à méditer sur comment le régime démocratique façonne nos habitudes et nos modes de vie. Cette parole-là nous concerne et devrait nous inciter à plus de tolérance dans le vivre-ensemble.

Le courant néo-conservateur influencera la politique intérieure puis la politique extérieure. Plus qu’une pensée, le néo-conservatisme devint un mode d’action. À cette phase, le récit ne perd pas de sa pertinence mais l’intérêt est moins soutenu. Pourquoi ? Parce que les États-Unis interviennent en Irak et en Afghanistan. Il y en a qui regrettent que Bush n’ait pas autorisé son armée à poursuivre jusqu’à Bagdad. De même, regret exprimé parce qu’on n’a pas été jusqu’à déloger Slobodan Milosevic à Zagreb.

L’essai « D’où viennent les néo-conservateurs » est un modèle de concision. Le tour de la question est fait. Surtout le récit est émaillé de références. Francis Fukuyama respecte ainsi le standard universitaire. En cela, son livre est exemplaire. Sans élever le niveau de son jeu comme en sport, l’auteur reste à la hauteur de sa réputation et de son statut d’universitaire, donc de penseur de notre temps.

                                                                                                                                             

                                                                                                                              

   Jean-Claude Boyer Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".