Relancer l’économie et mettre fin à la collusion entre bandits et autorités

Publié le 2019-04-25 | Le Nouvelliste

Alors que le pays s’enfonce, assailli par une succession de nouvelles les unes plus inquiétantes que les autres, alors qu’on pleure les morts de Carrefour-Feuilles et qu’on déplore l’étalement des gangs, les secteurs les plus régulés et les plus rentables du panorama économique du pays, ceux de la banque, de la finance et des nouvelles technologies tiennent sommet au Karibe Convention Center depuis lundi. 

Si chaque année il y a une ou deux petites phrases qui font le buzz, cette année on a eu droit à un feu d’artifice.

Dans une présentation émaillée de statistiques et de citations éclairantes, Franck Helmcke, président de l’Association professionnelle des banques (APB), a tiré le portrait d’un secteur qui engrange profits et se bat dans un océan de problèmes.

Bien entendu, il y a la politique économique menée par le gouvernement qui affecte les performances de chaque entreprise et qui n’épargne pas le secteur bancaire, mais il y a aussi les décisions du régulateur, la Banque de la République d’Haïti, qui handicapent les performances des banques. Jamais les taux de réserves obligatoires n’avaient été aussi efficacement attaquée. Même chose pour le financement monétaire du déficit budgétaire abyssal de l’Etat que la banque centrale éponge en passant la facture à chaque Haïtien à travers le taux de change.

Si ce n’était que cela, on dirait que les banquiers prêchent pour le bonheur des banquiers, mais voilà que Franck Helmcke a aussi souligner devant le gratin de la finance que le pays empêche aux banques de fonctionner, car l’administration publique ne peut même pas délivrer la carte d’identification nationale que requiert la législation pour ouvrir un compte en banque. L’Etat ne peut pas non plus installer facilement un compteur et l’électricité pour une succursale de banque et autres petites misères pénibles du même acabit comme ces pièces obligatoires que l’on demande en province mais que personne ne peut se procurer en province.

Le président de l’APB y est allé à la louche et à la petite cuillère pour dénoncer dysfonctionnements et entraves à la bonne marche des affaires.

Avant lui, le gouverneur de la banque centrale n’était pas plus optimiste. Jean Baden Dubois a reconnu qu’il nous “faut changer de cap”.

“Si on ne change pas de cap, ce que nous avons vu n’est encore rien de ce que nous allons voir”, a déclaré, concerné et visage fermé, le premier des banquiers dans une référence implicite à la situation générale du pays et de son économie.

“L’analyse des statistiques macroéconomiques montre que de 1981 à 2018, la croissance économique du pays a tourné autour d’une moyenne de 0,49 %. Avec une croissance de 0.49%, on ne va pas trop loin”, a déclaré réaliste le gouverneur Dubois. 

Pour ne pas laisser l’assistance sur une note négative, Dubois a ajouté que : « Nous décidons de notre futur. Ce n’est pas le gouvernement, ce n’est pas le secteur privé, mais c’est tout un chacun. Tous les secteurs qui doivent se mettre ensemble de façon que nous allions vers le cap qu’il faut.

Pendant que le 9e Sommet international de la finance vivait ses dernières heures avant de laisser la place à la 4e édition de Fintech Haïti, le premier ministre nommé, Jean Michel Lapin, et le directeur général de la Police nationale d’Haïti, Michel-Ange Gédéon, donnaient une conférence de presse.

Le mercredi sanglant vécu à Carrefour-Feuilles était à l’ordre du jour.

La principale décision annoncée concerne les véhicules arborant des plaques d’immatriculation “Officiel” et “Service de l’Etat” qui ne bénéficieront plus du droit de passage sans fouille lors des opérations de police.

En décidant d’autoriser la fouille des véhicules des chefs de ce pays, le premier ministre nommé et le directeur de la police envoient un message clair : les chefs et les gangs sont de mèche.

Les problèmes de nos institutions sont nombreuses et aucune institution n’échappe au climat ambiant.

L’espoir de voir Haïti renaître n’est pas mort, l’effort pour le garder vivace devra être démesuré.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".