Portrait de nos juristes et hommes de loi

Me Stanley Gaston : un parcours cloîtré entre précocité et mérite

En écoutant l’histoire de Me Stanley Gaston, il m’est revenu ce vers célèbre de Pierre Corneille appris à l'école qui, dans ses écrits, a fait dire Rodrigue dans Le «Cid» : « […] aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. » Il me semble que Me Stanley Gaston en est une, pour avoir été, tour à tour, le plus jeune secrétaire (37 ans) et bâtonnier (41 ans) de l’histoire du barreau. Certains diront qu’il a grillé quelques étapes. Mais non, il a été d’abord conseiller (33 ans) avant d’occuper ces postes. 

Publié le 2019-04-10 | Le Nouvelliste

Précoce. Cet adjectif sied bien à la vie professionnelle de Me Stanley. Sur les deux ans requis pour passer du stade d’avocat stagiaire à avocat militant, il n’a effectué que 2 mois et 21 jours. Cela est dû à sa brillante participation au procès de Raboteau aux Gonaïves. Ce dernier a eu lieu lors d’une assise criminelle spéciale tenue du 29 septembre au 11 novembre 2000 au cours de laquelle Me Stanley Gaston a prouvé à ses pairs ses capacités et son mérite. 

Licencié de l’École de droit et des sciences économiques des Gonaïves (EDSEG), Me Stanley Gaston est détenteur d’une spécialisation en droit de l’homme (Strasbourg/France), d’une autre en droit du développement (Rome/Italie) et d’une maîtrise en histoire, mémoire et patrimoine décrochée dans le cadre du programme des études post-graduées de l’Université d’État d’Haïti (UEH) et l’Université Laval du Québec (Canada). Il prête serment au barreau des Gonaïves le 1er septembre 2000 en compagnie de la juge de la cour d’appel de Port-au-Prince, Me Gabrielle Domingue. 

Membre du cabinet Colimon, et au lieu de faire le va-et-vient entre Port-au-Prince et Gonaïves, il demande et obtient son transfert au barreau de Port-au-Prince en 2003. Au cours de cette même année, il fonde l’Union des jeunes avocats (UJA). Une année plus tard, soit en 2004, on lui offre d’intégrer le conseil de l’Ordre du barreau de Port-au-Prince, ce qu’il refuse. Et pour cause, il n’a pas encore les 5 ans de militance requis. En 2007, il accède au poste de conseiller à tout juste 33 ans. Quatre ans plus tard, il devient le plus jeune secrétaire, et en 2015, le plus jeune bâtonnier. Depuis décembre 2015, Me assume la fonction de président de la Fédération des barreaux d’Haïti (FBH). Son savoir et ses expériences; il les partage en dispensant des cours à l’École du barreau (ECB) ou dans des universités de la capitale haïtienne.

Son bâtonnat peut être considéré comme l’un des plus actifs. Il a participé à la construction de la bibliothèque du barreau, de sa salle de conférence, de la galerie des bâtonniers. Plusieurs ouvrages et revues ont été publiés, et de nombreux procès simulés et conférences scientifiques ont été réalisés. Au niveau international, il a ravivé les contacts avec d’autres barreaux, que ce soit en Amérique du Nord, dans les Caraïbes, en Europe et en Afrique. Des partenariats ont été conclus et ont permis à de nombreux jeunes avocats de recevoir une formation à l’étranger.

En décembre 2016, il a permis à Haïti d'accueillir pour la première fois un congrès de la Conférence internationale des barreaux de tradition juridique commune (CIB), organisation internationale pour laquelle il a été, dans un premier temps, administrateur et  président. Ainsi, du 6 au 9 décembre, s’est tenu le 32e congrès de la CIB où tout le gratin des avocats de l’espace francophone était réuni pour réfléchir sur leur rôle dans « le développement économique et social ». Il réitère cette prouesse encore cette année, cette fois-ci avec l’Union internationale des avocats (UIA), où du 16 au 19 mai 2019, dans l’antre de l’hôtel Royal Decameron, le barreau de Port-au-Prince, en collaboration avec cette entité internationale, organisera un séminaire sur la répression des crimes transnationaux.

Après avoir été désigné par le quotidien Le Nouvelliste comme l’une des douze personnalités de l’année 2017, il lui a été décerné, en février 2018, le grade d’Officier de l’Ordre national du Mali par le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita. Que dire de  plus, sinon « Bravo l’artiste ! », comme pour reprendre les mots de Me Gervais Charles à l’endroit de Me Stanley Gaston?

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".