Prélude électoral

La «Candidaturite»

Cette transition qui n'en finit pas

Publié le 2005-08-24 | Le Nouvelliste

... «L'intérêt personnel, immédiat et mal entendu, nous domine, nous aveugle et nous fait faire des bêtises. Nous sommes atteints d'un mal violent, qui sévit chez nous à l'état épidémique, et promène ses ravages dans notre société. C'est la «Candidaturite» aigue. Cela nous prend au cerveau comme toutes les autres variétés de... déraison : mais cela nous prend aussi au coeur, aux poumons, au foie, à la rate, aux tripes (aux tripes surtout !). Chaque portion de notre anatomie est un morceau de candidat, et de leur ajustement résulte le candidat possible, probable ou certain, c'est-à-dire l'un des plus beaux types qu'un Molière, s'il eût vécu parmi nous, eût campés dans sa galerie de l'humaine inconscience. Chacun de nous est candidat à quelques chose : présidence de la République, ministère, sièges de sénateur, de député, etc. Et plus la timbale qu'on ambitionne de décrocher est haut située nombreux sont ceux qui gigotent pour y accéder. Et cela nous crée un esprit public souvent tapageur, toujours attristant, parce que régressif et nuisible au degré superlatif. Car au milieu de ce luxe inouï, nonobstant cette superfétation, ce pullulement, cette épidémie mortelle de candidats, il ne s'en détache pas un seul aspirant à la fonction nécessaire de planteur de patate» (Fin de citation). C'est signé Fleury FEQUIERE ! Extrait de la revue bihebdomadaire Le Temps de Charles Moravia, directeur fondateur. Paru sous le titre «En contact avec la vie : Tournée du Nord 1881, Arcahaie» dans le numéro 74, deuxième année, samedi 11 novembre 1993, cet article de réflexion est hélas d'une triste actualité, en dépit de la longue présidence à vie des Duvalier qui visait à freiner, par tous les moyens, la «Présidentite», sous prétexte de nous servir de bouclier et de cure contre les ambitions démesurées et les luttes fratricides, le parlementarisme contre-productif et l'alternance présidentielle, facteurs de chaos et d'ingouvernabilité. Rien n'a changé! On peut aujourd'hui dénombrer avec une sorte de dégoût et d'ironie plusieurs catégories de candidats : candidats déclarés ou officiels, souvent sans envergure ni crédibilité, candidats confidentiels ou marginalisés, candidats «malatchon» ou faux candidats, etc. Dans cette dramatique course au pouvoir, qu'est-ce qui est mauvais et qu'est-ce qui doit changer, la réalité ou l'électorat, la classe politique, la société civile, la Communauté internationale, la presse ? Tout ! Accablants, les faits nous le montrent : contrairement aux poncifs ressassés à ce sujet sans réexamen, la «déraison» qui caractérise notre société est avant tout l'expression d'un malaise profond, grandissant. Ce n'est pas seulement l'histoire et la science politique, ce sont aussi de la bonne gouvernance qui font ressortir la nécessité d'une «réforme» au sein de la classe politique et de la société civile même ! La raison en est simple : on ne pourra pas organiser des élections sérieuses dans ce bordel ! Trop de candidats ! Trop de figures farfelues et carnavalesques ! Eclairés et soucieux de l'intérêt général, la presse et le secteur privé des affaires peuvent faciliter l'émergence d'un environnement moins pollué, c'est-à-dire une atmosphère dominée par des candidats représentatifs capables de traduire les grands courants nationaux à travers des débats constructifs. On peut donc, à quelques deux mois des présidentielles et législatives, échapper à «cette épidémie mortelle de candidats» si l'on consent à rompre avec le passé et les facteurs d'émiettement des forces ou familles politiques.
Pierre-Raymond Dumas Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".