L'électricité, petit portrait de nos échecs majeurs

Publié le 2019-03-12 | lenouvelliste.com

Il y avait dans le temps comme une fierté de dire que, bien avant plusieurs pays de la Caraïbe, Jacmel a été la première ville électrifiée de la région. La première en Haïti. 

Aujourd'hui, Jacmel est plus souvent plongée dans le noir que dans la lumière. Elle n'est pas la seule ville du pays à être dans cette situation. La plus grande partie du pays est dans le noir la majeur partie du temps, comme c'était le cas le jour de l'arrivée de Christophe Colomb sur l’Ile. 

Le dossier de l'électricité résume assez bien l'échec de la modernisation en Haïti. Pour ne pas remonter au déluge, on peut dire que depuis la fin du XIXe siècle le pays tâtonne. Essaie tout, échoue dans tous les domaines. Il y a des îlots, de petites tâches de réussite et un océan de gâchis. 

Dans cette édition du Nouvelliste, nous publions à la une une étude de l'Université de Boston sur la situation de l'énergie électrique dans le pays. La première chose qui frappe, ce sont les réserves des universitaires : il n'y a pas de statistiques fiables dans le secteur. Ni sur le nombre d'abonnés de la compagnie qui a le monopole de la production, du transport, de la distribution et de la commercialisation de l'électricité en Haïti. On ne peut pas non plus connaître exactement le plan de tarification. Ni le nombre d'utilisateurs clandestins. Ni la capacité exacte d'électricité disponible dans le pays par an. Le parc des génératrices, inverters, batteries et panneaux solaires installé chez les particuliers et les entreprises est aussi une inconue. 

En extrapolant, l'étude conclut qu'un Haïtien consomme 2% de l'électricité que consomme un Dominicain. 

Ces 2% expliquent à eux seuls notre non-développement, notre mal développement et notre envie à tous d'aller chercher la lumière ailleurs. 

Faut-il rappeler que, dans les priorités de la présidence de Michel Martelly, l'un des 5E était l'énergie et que le président Jovenel Moïse a promis, d'ici août 2019, le courant électrique 24/24 sur tout le territoire. 

Si nous n'avons même pas des statistiques sûres, imaginez la difficulté de faire accoucher la montagne mégawatt, sans péridurale. 



Réagir à cet article