FMI, ONU, Jovenel Moïse marque des points mais reste sous surveillance

Publié le 2019-03-07 | Le Nouvelliste

Editorial -

L’annonce jeudi soir qu’un accord a été trouvé avec le Fonds monétaire international (FMI) pour mettre, sur trois ans, 229 millions de dollars à un taux d’intérêt de 0% à la disposition d’Haïti, est la meilleure des nouvelles que pouvait recevoir l’administration Moïse-Céant.

Cette fois, contrairement à l’accord de 2018 avec le FMI, on ne parle plus dans le communiqué de prix de l’essence à relever. 

Entre-temps, il faut le dire, la situation économique du pays s’est tellement détériorée que nous sommes passés à un autre palier. Haïti est considéré comme un pays trop faible pour affronter des décisions difficiles.

Bien entendu, cet accord avec le FMI n’est pas sans contrepartie.

Le gouvernement aura des moyens pour déployer un filet de protection social pour les plus vulnérables, mais il devra combattre la corruption et instaurer la bonne gouvernance. Plus question non plus de continuer à financer n’importe quoi à partir du déficit budgétaire que le prêt va permettre de résorber.

Avec cet accord, Haïti a de l’argent frais et l’appui clair du Fonds monétaire international pour recevoir le support des autres bailleurs de fonds. On peut déjà tabler sur une stabilisation de la valeur de gourde et un taux de croissance plus appréciable.

Mais pour voir le bout du tunnel, Haïti devra marcher droit sous la surveillance du FMI. 

Comme cela était prévu, en s’alignant sur Washington dans la lutte contre le régime de Nicolas Maduro, Jovenel Moïse dispose d’alliés puissants.

L’embellie financière ne règlera cependant pas tous les problèmes. Ougan bay pwen, li pa di dòmi nan kafou pou sa. Les enjeux sociaux, sécuritaires et politiques demeurent. 

L’administration Moïse-Céant vient aussi de gagner une autre bataille.

Haïti sortira bientôt de la ronde des missions de maintien de la paix initiée en 2004. La Minujusth, en principe, s’en va mi-octobre. Le pays reprendra sa souveraineté.

Pas tout à fait…

La Minujusth sera remplacée par une autre mission. Finis les soldats, les armes et les blindés! Finies la réforme de la justice, la police sous infusion et la lutte contre la corruption ! On passe à une mission politique.

La nouvelle mission sera-t-elle aussi inutile que la Minujusth ?

Il est trop tôt pour le savoir.

Dans les recommandations du secrétaire général des Nations unies au Conseil de sécurité, il est question d’une mission politique pour Haïti afin de maintenir un accompagnement international à ce pays après le départ des policiers internationaux.

Avec la fin de cette ère qui s’approche, il faut rappeler à l’ONU que sa présence en Haïti depuis 2004 n’a pas résolu nos problèmes. L’organisation mondiale avait promis de nous aider à construire et à maintenir un environnement sûr et stable, on en est loin quinze ans plus tard.

Que va faire la prochaine mission de l’ONU en Haïti… ?

Il s’agira cette fois d’une « mission politique spéciale sous forme de bureau consultatif stratégique, dirigé par un représentant spécial du secrétaire général ».

Ce bureau aura pour mandat de « proposer de bons offices et de conseiller le gouvernement dans des domaines précis comme la réforme politique, les élections, la justice, le système pénitentiaire, le développement de la police, la réduction des violences de proximité et les droits de l’homme », a indiqué le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

En gros, tout ce qui nous manquait en 2004 nous manque encore aujourd’hui. Les torts sont, sans doute, partagés. 

Ce vendredi, Jovenel Moïse peut compter les points qu’il a pu marquer cette semaine mais l’essentiel est encore loin. Il est sous surveillance et encore au milieu de la rivière. 

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".