« Notre boss appellera votre boss! »

Publié le 2019-02-21 | Le Nouvelliste

Editorial -

La seule phrase prononcée par les hommes lourdement armés arrêtés dimanche a été celle-ci : « Notre boss appellera votre boss. » Ensuite, comme les militaires bien formés qu’ils sont, ils se sont tus. Muets comme des tombes, alors qu’on leur reprochait d’être venus apporter la mort.

Entre leur présentation, dimanche soir, au commissariat de Port-au-Prince et leur départ, mercredi après-midi, sur un vol régulier depuis l’aéroport international Toussaint Louverture en direction de Miami, il s’est écoulé peu de jours mais beaucoup de salive a coulé.

La police a fait son show. Nos leaders ont parlé. L’opinion publique s’est forgé des convictions. La justice s’est égarée. Le premier ministre a accusé. Seuls la présidence et ses alliés ont gardé un silence lourd. Il y a eu certes des porteurs de diversion, mais les vraies voix autorisées de la présidence se sont peu prononcées.

Aujourd’hui, avec le départ sans incident de sept des huit hommes, on comprend mieux que dès dimanche des sources policières affirmaient que des démarches étaient entreprises pour libérer les hommes armés.

Certains savaient et se sont volontairement tus. Certains savaient et ont laissé le pays se perdre en conjectures. Certains savaient et se sont servis de la diversion.

Certains ne savaient rien et ont fait comme si leur nationalisme était outragé. Certains ne savaient rien du tout et ont pu quand même tirer des plans sur la comète de l’indignation.

Aujourd’hui que sept des huit hommes armés ont quitté le territoire national, on ne peut que regretter que Gérard de Villiers ne soit plus de ce monde. Après son fameux « Requiem pour Tontons Macoutes », le créateur de la série S.A.S aurait pu écrire sans peine « Requiem pour Haïti ».

On aurait alors tout compris. Ou pas. Mais en lisant un roman. Pas en constatant la débandade de nos institutions.

Car après le départ de nos hommes lourdement armés, il demeure des questions simples restées sans réponse.

Par quels moyens sont-ils arrivés sur le territoire national si lourdement armés ? Qui les a aidés ? Que font la police et les douanes ? Que disent la police des frontières et l’Immigration ?

Qui est ce businessman dont parle le Miami Herald qui les avait engagés ? Quelle mission nécessitait des équipements aussi mortels (pistolets et fusils mitrailleurs équipés de télescope et de silencieux) et aussi sophistiqués (drones, téléphones satellitaires) ? Qui protège la présidence haïtienne dans cette affaire ?

Si les autorités américaines se sont occupées de leurs cinq ressortissants et des deux résidents aux USA et n’ont retenu aucune charge contre eux, pourquoi le citoyen haïtien est resté en prison après leur départ ?

Quel a été le rôle des points de contact qui ont mis des véhicules à leur disposition ? Les a-t-on entendus dans le cadre de cette affaire ? Ont-ils été invités par la police ou la justice ? Sont-ils recherchés ?

La cacophonie est efficace. Cette affaire le démontre clairement. Le silence est efficace. Cette affaire le démontre aussi.

La plus simple tentative de diversion a le plus grand impact sur tous les secteurs. Il n’est plus possible de distinguer le bien du mal, dans trop de domaines.

Tout était dit, dès dimanche, dans le dossier des huit hommes lourdement armés arrêtés par une patrouille de police. C’était une affaire de « grandes personnes ». Pour ne pas dire une affaire d’État, ou d’État à État.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".