SOS de l’hôpital général à la Dinepa

Publié le 2019-02-19 | lenouvelliste.com

« L’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH) fait face actuellement à un problème d’eau. Depuis ce matin (lundi 18 février), j’appelle la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (Dinepa) pour nous apporter un camion d’eau. Jusqu’à cette présente minute (13h45), mes tentatives se sont révélées vaines. Le service des urgences de même que le bloc opératoire ne peuvent pas être fonctionnels parce qu’ils ne sont pas aseptisés », a expliqué l’administrateur de l’HUEH, Fednel St-Vil, retrouvé dans la cour de l’institution sanitaire, ce lundi.

L’air préoccupé, Fednel St-Vil multiplie sans succès les appels afin de débloquer la situation. Entre-temps, il ne peut qu’observer des malades qui partent sans se faire soigner. Le Dr Jessy Colimon Adrien, directrice exécutive de l’hôpital général, lance un SOS à la Dinepa. « On a besoin d’un camion d'eau pour l'hôpital. Il nous le faut pour les urgences et le bloc opératoire», a insisté la directrice exécutive jointe par le journal. Pour le moment, le service de dialyse est opérationnel mais on ne sait pas pour combien de temps, si la situation n’évolue pas.

11 jours après la grande mobilisation populaire exigeant la démission du président Jovenel Moïse, la vie reprend timidement son cours dans l’aire métropolitaine. Mais au plus grand centre hospitalier du pays, c’est le calvaire à cause d’une pénurie d’eau.  Des interventions chirurgicales sont annulées  en raison de ce problème et de  nouveaux patients n’ont pas pu recevoir les soins ce lundi. Quant aux intrants, matériel et médicaments, l’hôpital n’en dispose pas en quantité suffisante; mais cette situation ne semble pas préoccuper les dirigeants de l’hôpital contrairement aux responsables d’autres hôpitaux de la place qui expriment leurs craintes.

Notre situation n’est pas trop différente des autres hôpitaux. On se rapproche de l’épuisement de notre stock et les pourvoyeurs d’intrants sont fermés à cause de la crise ou bien par peur », a indiqué les Dr Bitar, responsables de l’hôpital de Bernard Mevs. « On espère fortement pouvoir se ravitailler en intrants vu qu’aujourd’hui la situation est plus calme », ont-ils souhaité, soulignant le problème de l’indisponibilité de sang à la Croix-Rouge haïtienne.

Dans la même veine, le Dr Marc Edson Augustin, chef de mission de la Fondation St-Luc, prévoit que cette semaine sera très compliquée au cas où le calme ne serait pas établi. « Au niveau de l’hôpital St Luc, grâce à Dieu, et grâce à notre dépôt central capable d'emmagasiner des stocks pour un mois, nous avons pu fonctionner pendant les 10 derniers jours de troubles. Maintenant, nous abordons avec anxiété cette semaine qui coïncide avec notre période de requête mensuelle auprès des fournisseurs et agences locaux. Nous espérons une accalmie pour nous permettre de renflouer nos stocks d'intrants », a-t-il exprimé.



Réagir à cet article