Mouvements de panique

Port-au-Prince en ébullition, le gouvernement dit avoir le contrôle de la situation

Publié le 2019-02-09 | Le Nouvelliste

Des foyers de tension et des barricades enflammés ont été constatés un peu partout dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince ce samedi 9 février.  Alors que le secrétaire d’Etat à la Sécurité publique confie au Nouvelliste avoir le contrôle de la situation, des mouvements de protestations sont en cours (3h30 PM) à Carrefour, Martissant, Lalue, Route 9, Delmas, Gérald-Bataille, Maïs Gâté, Pétion-Ville, au centre-ville…pour exiger le départ du président de la République.

Troisième journée de tension en Haïti pour exiger le départ de Jovenel Moïse. Plusieurs quartiers de la capitale se sont réveillés ce samedi 9 février avec les rues barricadés. Des gens ont gagné les rues encore une fois pour exiger le départ du chef de l’Etat et une amélioration dans leurs conditions de vie. La tentative de reprise des activités économiques à Port-au-Prince et des zones avoisinantes après la manifestation du 7 février n’a pas fait long feu.

La commune de Carrefour qui, jusqu’ici était plutôt calme, a été en effervescence ce samedi. Barricades enflammées, jets de pierre, manifestations…les forces de l’ordre sur place ne pouvaient rien faire face à la colère des manifestants qui réclament de meilleures conditions de vie et le départ du président de la République. A cause de cette situation, la commune de Carrefour qui héberge le plus grand terminal de carburant du pays ne peut plus alimenter les autres zones du pays depuis déjà trois jours.

Joint au téléphone samedi après-midi, le secrétaire d’Etat à la Sécurité publique dit avoir le contrôle de la situation. Ronsard St-Cyr s’est félicité du fait que, selon lui, les manifestations se déroulent sans violence. Il a souligné que les gens ont tenté de barricader la route de Martissant, la zone de la Delmas 33. La police a dû intervenir pour permettre la reprise de la circulation, a-t-il dit.

L’opposition politique dit entendre maintenir la mobilisation dans les rues à travers le pays jusqu’au départ de l’équipe au pouvoir. « Le peuple s’est levé à travers tout le pays pour exprimer trois revendications. D’abord, la démission de Jovenel Moïse et de Jean-Henry Céant. Ensuite,  la réalisation du procès PetroCaribe et l’organisation d’une conférence nationale souveraine pour faire faire émerger un projet de société dans l’intérêt de toutes les couches », a soutenu Me André Michel, porte-parole du secteur dit démocratique et populaire.

Selon le leader politique, les mouvements de protestations vont s’intensifier sur tout le territoire jusqu’au départ du président et du Premier ministre. Me André Michel a écarté toute idée qui consiste à passer le pouvoir à Jean-Henry Céant après un éventuel départ de Jovenel Moïse. Il a fait savoir que l’opposition est actuellement en concertation avec les secteurs de la société en vue de proposer une alternative politique.  

Dans un communiqué, le parti politique Fanmi Lavalas estime que ce système est arrivé à sa fin. L’organisation politique de Jean-Bertrand Aristide a appelé la population à rester mobiliser jusqu’à la démission du pouvoir. « Pep la pa nan solisyon kole pyese. Se sistèm nan ki pou chanje. 
Fanmi Lavalas mande popilasyon an pou kenbe mobilizasyon pi djanm toujou jiskaske tout pouvwa kòwonpi sa a demisyone. Fok pouvwa desizyon an retounen nan men pep la!
Fòk chodyè a chavire! », lit-on dans le communiqué.

Comme si cette situation de tension ne causait pas assez de problèmes au gouvernement. Il a fallu que ce samedi le cortège de l’ancien Premier ministre Jack Guy Lafontant entre en altercation avec des gens sur la route conduisant à la résidence privée du chef de l’Etat à Pèlerin.

Selon les explications du secrétaire d’Etat à la Sécurité publique, un des agents de sécurité de l’ancien Premier ministre a agressé une dame sur la route de Pèlerin. Par la suite, en défendant le cortège de Jack Guy Lafontant qui essuyait des jets de pierre, il a blessé par balle un motocycliste.

Cette situation a créé un foyer de tension à Pèlerin 5, à l’entrée de la résidence privée du président de la République.

Ronsard St-Cyr a rassuré que le gouvernement a le contrôle de la situation sur tout le territoire. Le Nouvelliste a tenté en vain d’entrer en contact avec des conseillers du président de la République.

  

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".