Bonne nouvelle, des ingénieurs pour nos mairies

Publié le 2019-01-24 | Le Nouvelliste

Le président de la République, le premier ministre et le coordonnateur de l'Office de management et des ressources humaines ont présenté ce jeudi cent ingénieurs, jeunes et choisis sur concours, qui vont rejoindre l'administration publique et particulièrement les mairies. 

Cette injection de cadres, architectes et ingénieurs, est une grande première pour notre pays, pour la fonction publique et pour les édilités. Certaines mairies n'ont jamais eu de techniciens de ce niveau. Et les conséquences sont visibles. 
La gestion d'une ville et la satisfaction des besoins de ses habitants demandent une addition de compétences et tout passe par la maîtrise de l'espace et des ressources. Un ingénieur est indispensable dans le processus. N'en avoir aucun est une catastrophe assurée. 
 
Bien entendu les présentés du jour sont jeunes, ont peu d'expérience, vont devoir résister à mille tentations dans un environnement où ils risquent d'être des empêcheurs de tourner en rond. 
 
Ingénieurs et architectes devront s'armer de patience et apprendre à se rendre utiles. Inventer leur place. Se mettre au service des autres en maîtrisant leur ego de fort en thème. 
 
Si le médecin ou l'agronome existent dans toutes les communes, le matheux, l'avocat ou l'administrateur n'ont pas encore fait leur apparition dans l'appareil de gestion de nos mairies. Les promus du jour sont des pionniers. 
 
Les faiblesses de l'implantation nouvelle, le manque de ressources, les besoins immenses et les impératifs des élus sont autant de défis qui attendent les ingénieurs et pour lesquels ils devront tracer de bons plans.
 
Avec l'invention des ingénieurs municipaux, Jovenel Moïse réalise son premier acte majeur de ceux qui restent et sont appelés à changer la donne pour des temps et des temps si on laisse à l'expérience le délai du rodage et si on garde pour principe de recruter les meilleurs sur concours.  
 
Ce nouveau corps d’élite formé d’ingénieurs et d’architectes vient rejoindre celui comportant une cinquantaine d’administrateurs civils d’Etat présentés au grand public l’an dernier, comme le souligne l'article en une de cette édition du Nouvelliste.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article