Le PDG de la Digicel auditionné au parquet de Port-au-Prince

Publié le 2019-01-24 | lenouvelliste.com

Le directeur général de la compagnie téléphonie mobile Digicel, Maarten Boute, a été auditionné, ce jeudi, au parquet de Port-au-Prince, par le commissaire du gouvernement Paul Éronce Villard. Il s’agit pour le PDG de la Digicel de fournir des explications sur sa déclaration faite sur les réseaux sociaux concernant la rareté de carburant qui a suscité des remous au sein de la population haïtienne.

Dans une déclaration faite sur Twiter le mardi 15 janvier 2019,  le responsable de la Digicel en Haïti avait annoncé que « trois compagnies d’essence sont en rupture de stock. Et que toutes les compagnies seront en rupture de stock de diesel dans 3 jours. Crise à répétition ! À qui profite le crime ? À Novum ? Au BMPAD?».  Suite à cette audition, l’homme d’affaires a indiqué avoir fait cette déclaration pour exprimer ses préoccupations par rapport à la pénurie d’essence qui se fait de plus en plus inquiétante.

« Je lançais un cri d’alarme, car on avait du mal à trouver le diesel. La Digicel utilise du Diesel en grande quantité et quand on ne le trouve pas, ça affecte beaucoup nos opérations et nos clients. C’est la raison pour laquelle j’avais fait cette déclaration », a expliqué Maarten Boute, assurant que, pour l’instant, tout se passe bien puisque la Digicel a un stock assez suffisant.

Pour éviter une mésinterprétation de sa démarche et inspirer confiance à la population, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Paul Éronce Villard, a attiré l’attention de l’opinion publique sur le bien-fondé de cette invitation. Même si le parquet est le représentant de l’exécutif dans le judiciaire, le chef de la poursuite rappelle que le commissaire du gouvernement est là aussi pour assurer l’ordre social. « C’est la fin du Tweet de Maarten Boute « A qui profite le crime?» qui m’a préoccupé. On voulait savoir si M. Boute disposait des informations liées à la pénurie d’essence », a déclaré Paul Éronce Villard, rappelant que le parquet n’est pas un organe de persécution politique.

Selon lui, cette déclaration pourrait avoir de graves conséquences puisqu’il s’agit d’une personnalité très connue du milieu. « Le PDG a été invité au parquet à titre d’information. En tant que commissaire du gouvernement, il est tout à fait normal d’analyser cette déclaration au regard de la loi », a indiqué le chef de la poursuite, affirmant que le parquet va analyser la déclaration faite par M. Boute lors de l’audition afin de voir quelle orientation prendre dans le cadre de ce dossier.



Réagir à cet article