Réduire la détention préventive prolongée à 0% dans la juridiction de Port-au-Prince, un des objectifs des autorités

Publié le 2019-01-22 | lenouvelliste.com

Les autorités judiciaires entendent "redynamiser" la chaine pénale. Le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Bernard ST-Vil,  le commissaire du gouvernement, Paul Éronce Villard, et le bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Stanley Gaston, lors d'une conférence de presse conjointe, font état d’une série de stratégies pour lutter contre la détention préventive prolongée. L’objectif premier est d’évacuer 500 dossiers en état de recevoir jugement. « Mis à part des audiences civiles et correctionnelles, on organisera tous les jours 10 audiences criminelles siégeant sans assistance de jury afin d’évacuer 200 dossiers chaque mois. Nous invitons donc les acteurs à jouer leur partition dans cette démarche notamment des agents de l’administration pénitentiaire, les substituts commissaires du gouvernement ainsi que les jeux », a indiqué le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince Bernard St-Vil, affirmant que l’intensification des audiences criminelles et correctionnelles, la permanence au niveau des cabinets d’instruction et la reprise de la comparution immédiate par l’application de la loi du 6 mai 1927 sont entre autres mesures visant à combattre la question de la détention préventive prolongée qui ronge le système judiciaire depuis des décennies.

De son côté, le bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats, Me Stanley Gaston, croit que les autorités judiciaires sont capables de juger au moins 1000 détenus pour l’année si elles ont adopté des dispositions concrètes. « Pour le premier mois, on va mettre à la disposition du tribunal 100 avocats. Moi, en tant qu'avocat, je vais plaider ainsi que les membres du conseil », a assuré Me Gaston, déplorant l’échec total des différents programmes mis en place dans la lutte contre la détention préventive prolongée. N’écartant pas la possibilité de travailler les dimanche et samedi, l’homme de loi promet de doubler l’effectif des avocats pour le mois prochain si tout se passe bien.

Pour sa part, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Paul Éronce Villard, qui entend redorer le blason du parquet, se dit déterminé à lutter contre la détention préventive prolongée. Le chef de la poursuite juge inacceptable que 70% des dossiers inventoriés ne soient pas traités. En rappelant que n’importe qui peut faire la prison, Paul Éronce Villard appelle à la collaboration de tout un chacun afin d’éradiquer cette problématique.

 



Réagir à cet article