L’autre Bush, les Américains et nous

Publié le 2018-12-03 | Le Nouvelliste

Editorial -

George Bush, qui est mort le 30 novembre 2018, est le premier président américain à porter le nom de Bush, avant de devenir, lui, le 41e président des USA, George H.W. Bush (1989-1993), et de laisser le nom de Georges Bush (2000-2008) à son fils, le 43e président. Le premier fera un mandat et un seul. Le second en fera deux.

Le premier, Bush père, c’est celui qui remettra en selle Jean-Bertrand Aristide après le coup d’État du 30 septembre 1991. Expulsé par les militaires haïtiens vers le Venezuela, dès le 4 octobre 1991, George Bush père reçoit le président haïtien et lui redonne un statut de président. Dès ce jour, les contours des sanctions et d’un embargo contre le pays se dessinent.

Dès ce 4 octobre 1991, le président américain George Bush père, dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, s'est engagé à rétablir le gouvernement d'Aristide au pouvoir en Haïti. On prendra longtemps dans la classe politique et dans la classe des affaires en Haïti à démêler ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas dans les désirs américains dans les années suivantes.

Aristide ne reviendra au pouvoir que le 15 octobre 1994, sous la présidence de Bill Clinton, mais c’est Bush qui le premier ébaucha le trajet d’un possible retour.

De 1991 à 1994 et les années d’après les Haïtiens découvriront, effarés, qu’il y a plusieurs demeures dans la maison de l’Oncle Sam. Ce que veut la Maison-Blanche ne fait pas toujours le jeu des agences de renseignements américaines. Ce que planifie le Pentagone rentre des fois en conflit avec les souhaits du département d’État. Il y a l’ambassade en Haïti et les couloirs de Washington. Il y a plusieurs Américains qui ne défendent pas de la même façon les intérêts américains.

Tout cela, nous aurions dû l’apprendre grâce à George Bush père, et encore plus avec son fils, qui, lui, verra en 2004 le président Jean-Bertrand Aristide repartir en exil, pendant sa présidence, sans lever le petit doigt.

« Consciemment ou non, Bush fils a tout fait pour effacer la mémoire de Bush père. Il s’est d’abord entouré des pires ennemis de ce dernier, les “néoconservateurs”, ces intellectuels exaltés qui rêvaient d’exporter la démocratie jeffersonienne à la pointe du canon », explique Pascal Riché dans un article paru dans le Nouvel Observateur le 1er décembre dernier. L’article de Riché mérite lecture pour comprendre le destin de ce président que les Américains pleurent ces jours-ci.

Les Bush et nous, les Clinton et nous, les Américains et nous, on peut écrire des tomes et des tomes de cette histoire mouvementée avec notre grand voisin tant elle continue de peser sur notre destin et notre avenir.

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".