Léon Ernst Mondésir, un producteur de café dans l'âme

Originaire de Marchand-Dessalines et âgé de 79 ans, Léon Ernst Mondésir vit à Thiotte et s’adonne à la culture du café depuis 1961. Il a connu le grand moment de la production au point que, dans un laps de temps, il disposait de plus de trente carreaux en café. Il est impossible de parler de cette production dans la commune de Thiotte sans mentionner son nom. Encore aujourd’hui, il reste une référence dans cette filière. Un modèle de réussite.

Publié le 2018-11-30 | Le Nouvelliste

Economie -

Léon Ernst Mondésir doit sa vie à la production de café. Malgré la chute de cette production, l'agriculture continue sur sa lancée. Il est l’un des artisans de la présence de REBO dans la commune de Thiotte. Il fait partie du groupe des producteurs qui luttent pour relancer la production dans la commune. Difficile à croire, mais le producteur garde encore toute son énergie. Il est impliqué et dévoué au même niveau que les jeunes les plus laborieux. C’est un agriculteur pas comme les autres. Ce n’est pas un hasard s’il a fait fortune dans la production de café. Réussir là où plus d’un a échoué n’est pas chose facile.

Avec ses accomplissements, il a toutes les raisons du monde pour dire du bien de cette filière. L’Artibonicien a fait connaissance de Thiotte en 1951, au moment où il a rendu visite à sa mère qui vendait ses services à un étranger qui travaillait à la forêt des Pins. Épaté par le rendement de la terre, il a vite décidé de s’adonner à la culture. Mais c’était trop tôt, car, à ce moment précis, il n’était âgé que de 12 ans. Ce n’était que partie remise. Le jeune homme a fait ses premières expériences au niveau de la forêt avant de, par la force des choses, décider de rejoindre Thiotte.

Diplômé en tailleur à JB Damien, et réussi avec succès le concours d’entrée comme agent agricole d’une institution de Port-au-Prince. Faute de moyen de communication à l’époque, il a raté les premiers mois de cours, ce qui a précipité son départ pour la commune du département du Sud-Est. Une fois arrivé, un emploi l’attendait. Ce n’était pas très bien rémunéré. Mais avec les 150 gourdes de salaire mensuel, il gagnait assez pour vivre et faire un peu d’économie. Au final, c'est son patron qui faisait fortune dans le café, Perez Bayard, l’a plutôt considéré comme un associé.

Au bout de cinq ans, il décide de voler de ses propres ailes. Il fait l’acquisition d’un carreau de terre, s’est marié avec une Thiotteloise avec laquelle il a eu des enfants. Depuis, tout a changé. M. Mondésir a acquis des connaissances pratiques dans la production de café. C’était l’un des rares agriculteurs à avoir maîtrisé parfaitement l’utilisation de fertilisants dans la production de cette denrée. Il avait un plus par rapport aux autres producteurs de son époque.

Ainsi, au bout de quelques années, il devient l’un des plus grands producteurs de la place. Il s’est procuré plusieurs fermes. Un grand don. Partant de rien, en quelques années, il possédait plus de trente carreaux de terre et a contribué à sa façon à augmenter la production du café dans cette zone. A lui seul et dans une seule année soit en 1986, il parvenait à récolter plus de 10 000 bidons de café, pas la peine de parler de vache maigre.

« Pè Nènès », comme on le surnomme, est un rude travailleur. Un modèle d’agriculteur. Avec le fruit de son travail, il a éduqué ses enfants, acheté des maisons à Port-au-Prince, possédé des camions et des magasins sans abandonner la terre. Sa réussite a même suscité de la jalousie de son entourage.

À l’arrivée des pestes affectant la production du café, notamment le Typica, l’entrepreneur agricole s’est passé d’un peu de ses champs pour s’adonner à d’autres activités. Mais il a l’âme d’un producteur et le café occupait sa pensée. Il a ça dans le sang À l’âge de 79 ans, Pè Nènès est déterminé à ne pas abdiquer. Il compte rester encore longtemps dans l’agriculture mais surtout dans le secteur du café. Cette culture a trouvé un second souffle dans la commune de Thiotte et il se situe en tête de liste de ceux qui ont contribué et continue à œuvrer pour relancer définitivement et organiser la filière. Il croit, que ce n’est pas le moment de plier bagage.

Dans un pays en panne de modèle, surtout dans le secteur agricole, Léon Ernst Mondésir a su faire la différence. Il maîtrise les moindres détails de la production de café. C’est un patrimoine vivant, une icône pour le secteur. Son vœu le plus cher est que le pays redevienne un exportateur de café de premier ordre. Si les jeunes producteurs se mettent sur ses traces, ce rêve se matérialiserait peut-être. En tout cas, on est très loin du compte.

Jose Flecher
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".